Archives mensuelles : mai 2015

Comment diviser la ciboulette ?


Cette plante aromatique, plébiscitée par de nombreux jardiniers, est très facile à diviser . En cette fin de mai, la période est idéale pour la planter. Nul besoin de se procurer plusieurs pieds, suivez le mode d'emploi ci-dessous pour obtenir plusieurs pieds à partir d'un seul !

> Pour la touffe de base,  vous avez le choix entre prélever un carré dans un massif déjà existant (utiliser alors la bêche) ou vous pouvez vous procurer un gros godet d’1 l. dans une jardinerie. La motte de ciboulette contenue dans un godet de 10 cm de côté peut être divisée en 6 à 8 touffes, sans soucis.Au niveau matériel, munissez-vous d'un couteau et de gants si vous voulez garder les mains bien au sec

> Taillez au couteau, comme si vous partagiez un gâteau en parts égales. Puis coupez le feuillage pour ne laisser que 2 ou 3 cm de hauteur. Faites de même avec les racines.

>Plantez les mini-touffes à 10 cm les unes des autres. Pensez à bien arroser et laisser la terre humide pendant toute la période de reprise.

Lorsque vous planter un pied de ciboulette ou autres plantes aromatiques provenant d'un magasin, il est conseillé d'attendre 3 semaines avant d'en consommer.

Nous avons besoin des abeilles, aujourd’hui elles ont besoin de nous pour stopper leur massacre …

En transportant le pollen de fleurs en fleurs les insectes pollinisateurs assurent la reproduction des plantes dont les fruits et les légumes. Ils sont donc essentiels à notre alimentation. Les abeilles notamment sont primordiales pour sauvegarder la biodiversité et pour notre propre survie ! Depuis plusieurs années, elles subissent l'utilisation massive des pesticides par l’agriculture. Dans certaines régions françaises on estime même que trois colonies d’abeilles sur quatre s'éteignent. Deux études publiées cette année confirment que les néonicotinoÏdes, peut-être la famille de pesticides la plus toxique, attaquent directement le système nerveux des pollinisateurs. Plus grave encore, une analyse scientifique mondiale de 2014 montre que ces insecticides, parmi les plus vendus, toucheraient un grand nombre d’espèces animales jusqu’à l’être humain. Des impacts sanitaires, notamment sur le cerveau en développement des enfants, sont suspectés par ces publications. Il est donc urgent d’agir pour sauvegarder les abeilles et autres pollinisateurs, assurer notre sécurité alimentaire et préserver la santé humaine sur le long terme. Par ma signature,Nicolas Hulot , en urgence, à un moratoire sur les pesticides néonicotinoïdes, mesure indispensable pour tenter de sauver les abeilles et autres pollinisateurs de leur disparition programmée. Ce moratoire doit ensuite permettre au gouvernement français de continuer à porter cette cause sanitaire et environnementale majeure à l’échelle européenne, une fois les résultats des évaluations connues il pourra décider de l’avenir de ces substances. Vous aussi vous pouvez changer la donne et arrêter ce scandale sanitaire. Signez et faites signer cette pétition. Avant le passage au Sénat de la loi biodiversité prévu pour juillet, nous remettrons vos signatures à Ségolène Royal, Stéphane Le Foll, et Marisol Touraine. Découvrez la vidéo et la pétition ici 

Les astuces pour éviter les maladies au jardin


Le plaisir suscité par la culture du potager peut parfois être entaché par l’arrivée des maladies. Cela fait partie intégrante de la culture biologique mais vous pouvez y faire face en prenant quelques précautions :

> Lors de la plantation :
- Respectez bien les distantes de plantations entre chaque pieds notifiées sur la boite ou l’étiquette de la plante
- Associez d’autres cultures pour privilégier la diversité des plantes
- Paillez au sol pour que les feuilles les plus basses de vos légumes n’aient de contact avec le sol



> Lors de l’arrosage :
- Arrosez au pied de la plante en évitant les feuilles
- Arrosez le soir avant la tombée de la nuit dans le but d’éviter le développement des maladies telles que : Botrytis, mildiou, alténariose ..



> Pendant la croissance de vos plantes :
- Aérer votre sol pour éviter que l’eau ne stagne, le développement des maladies s’effectuent souvent dans les terres trop humides
- Le climat joue évidemment sur la progression des maladies, la grêle est notamment un phénomène climatique à risque pour le potager. Après chaque période de grêle, il est conseillé de traiter le potager avec des produits bio.
- Lorsque vous tailler, pensez à bien désinfecter vos outils entre chaque taille d’arbres ou arbustes, afin de limiter la propagation des maladies de végétaux en végétaux.