Archives mensuelles : mars 2018

Quand et comment tailler les rosiers arbustifs ?

Quand et comment tailler les rosiers arbustifs ?

Le rosier arbustif, épineux à la forme d’un buisson dont les branches peuvent atteindre 2m, se place comme un incontournable dans nos jardins. Le rosier requiert quelques attentions, notamment au niveau de sa taille. Elle suppose notamment de connaître les bons gestes et de les effectuer à la bonne période de l’année !

A quel moment tailler les rosiers ?

Vous lirez peut être que les rosiers doivent être coupés à l’automne. Il est en effet possible d’effectuer une taille automnale mais celle-ci doit être minime, elle consistera à enlever le bois mort et à supprimer les branches les plus anciennes au cœur du rosier. Privilégiez donc une taille en fin d’hiver début du printemps au moment où les plantes sont en repos végétatif et que les feuilles sont tombées. En fonction de votre région, les périodes peuvent être décalées de quelques semaines, dans tous les cas, pratiquez une taille hors des gelées !

Comment tailler les rosiers arbustifs ?

Un rosier arbustif ou rosier buisson se taille très court en fin d’hiver si ce dernier n’est pas très vigoureux. Dans le cas contraire, taillez le court afin de stimuler sa croissance. Supprimez les branches les plus vieilles se trouvant au cœur de l’arbuste. Gardez en tout 4 à 5 rameaux taillés au plus près du point de greffe. Pour réaliser cette tache de jardinage, un équipement minium est nécessaire ; à savoir un bon sécateur que vous aurez pris soin de désinfecter afin d’éviter la propagation des maladies et des gants de jardin en latex spécial rosiers pour se prémunir des petites attaques d’épines de nos chers rosiers …

Si la taille parait un peu complexe de prime abord, elle deviendra vite un réflexe chaque année ! Cependant sachez qu’en fonction des types de rosiers ; grimpants, couvre-sol etc …la taille peut s’avérer différente.

Plantes pour attirer les abeilles

Quelles plantes pour attirer les abeilles ?

Depuis plusieurs années maintenant, l’abeille, si chère et si utile à l’homme et à la nature, est une espèce en voie de disparition… Pollution, pesticides et autres produits chimiques menacent les abeilles et déciment les colonies à petit feu. Pour contribuer à la préservation des abeilles et leur survie, des actions peuvent être mises en place même à notre niveau, notamment en plantant des plantes mellifères dans son jardin !

Qu’est-ce qu’une plante mellifère ?

Les arbustes mellifères sont des plantes qui produisent du nectar et du pollen en bonne quantité et accessible pour les abeilles. Elles attirent également de nombreux autres insectes dits « butineurs ». Les plantes mellifères sont idéales pour maintenir une biodiversité tant au niveau des abeilles ‘domestiques’ que tous les autres butineurs (bourdons, papillons…). Elles permettent notamment aux abeilles de produire leur miel. Toutes les plantes à fleurs ne produisent pas de nectar, celles qui en produisent sont appelées « plantes nectarifères », par contre toutes les plantes à fleurs produisent du pollen (plantes pollinifères) en plus ou moins grande quantité.

Les arbustes mellifères : diversifiez les espèces et les périodes de floraison

Optez pour des plantes avec des floraisons étalées, les abeilles butinent du début du printemps jusqu’à l’automne ! L’idéal est de choisir différentes espèces, l’apport en pollen et en nectar varie en fonction des arbustes, plantes (mauvaises herbes comprises qui s’avèrent malgré tout très utiles pour nos butineurs !). Parmi les plantes les plus nectarifères, nous retrouvons le bleuet des champs, moutarde des champs, cornouiller mâle, bourdaine, symphorine blanche, ronce commune, lierre grimpant, lavandes, romarin, marjolaine, sauge, …pour les plantes les plus pollinifères : prunellier, ronce commune, cardère, coquelicot , mauve, acantre sauvage, vipérine….On dénombre également des plantes à la fois généreuse en nectar et en pollen : rose trémière, hibiscus, lavatère…


Cette liste n’est évidemment pas exhaustive, pour attirer nos amis les abeilles, l’idéal est de privilégier une diversité de plantes et d’arbustes, en tenant compte évidemment des conditions climatiques de votre région, de votre sol et de l’exposition !