Archives mensuelles : avril 2018

Un tour du monde culinaire en cinq plantes

Cinq plantes pour… Un tour du monde culinaire

Cet article est le premier d’une série « cinq plantes pour… » qui vous accompagnera tout au long de la saison. Le but ? Vous donner des idées pour vous soigner, cuisiner, vous détendre… en cultivant et utilisant simplement 5 plantes bien choisies, faciles à vivre, simples mais essentielles, méconnues pour certaines. Des trésors de la nature à planter en jardinière ou en pots regroupés par thèmes, et qui vous apporteront rapidement leurs bénéfices. Pour commencer, voyons cinq plantes pour un voyage culinaire autour de la planète, et des suggestions de recettes associées... à tester !

Début du voyage au Maghreb

Débutons ce voyage avec une plante bien connue de la cuisine orientale : la coriandre. Cette plante très aromatique originaire du Proche-Orient est très utilisée pour les cuisines typées méditerranéennes, orientales, asiatiques et même sud-américaines : un tour du monde à elle toute seule ! Proche du persil dans sa forme, elle a un goût plus prononcée, âcre et légèrement citronnée. Semez-la en place en petites quantités, tout au long de la saison. La montée en graine peut être assez rapide et épuise la plante, vous pouvez la laisser faire au moins une fois pour en récolter les graines que vous pourrez replanter ensuite en place.
Suggestion de recette : Tajine de poulet aux citrons confits et olives, parsemé de coriandre fraîche.

Une étape savoureuse en Inde

Appelée aussi « plante à curry », l’immortelle, ou hélichryse italienne, se cultive facilement et vous surprendra par sa forte odeur de curry indien.(NB : Pour rappel, le curry est avant tout une plante en elle-même, mais on utilise plus souvent ce mot pour ce qu’il désigne : un mélange d’épices, de condiments et de plantes. Il n’existe donc pas « un curry » mais des centaines !) En cuisine, vous pourrez l’utiliser en complément d’un vrai mélange d’épices et plonger ses feuilles en bouquet garni en toute fin de cuisson pour préserver au mieux ses arômes, ou simplement aromatiser un riz.
Suggestion de recette : Curry indien de poisson à l'orange, accompagné de riz parfumé à l’immortelle et à la cardamome.

Escale en Thaïlande

Une plante extraordinaire qui vous fera voyager en Asie : le basilic thaï. Cette variété, plus « exotique » que notre basilic européen, possède de subtils arômes d’anis et de citron et est légèrement plus poivré. Il se cultive aussi facilement que les autres espèces. Lors de la venue des fleurs, étêtez les plants afin que la plante ne s’épuise pas. Pensez à ne pas jeter pas les fleurs ! Séchées, elles pourront être conservées et seront ainsi parfaitement consommables en cuisine ou en infusion. Vous pourrez ainsi continuer à profiter de leur parfum bien après la saison.
Suggestion de recette : Curry rouge de crevettes aux noix de cajou et basilic Thaï

Un océan... jusqu’en Amérique du Sud !

Plante originaire d’Amérique latine, la capucine prendra une place de choix dans votre jardin aromatique. En plus d’être ornementale, elle est entièrement consommable : ses feuilles et ses fleurs au goût poivré et légèrement piquant sont très utiles en cuisine pour relever certains plats. On s’en sert notamment pour la préparation des céviches (plat d’Amérique latine).
Suggestion de recette : Céviche de poisson aux feuilles de capucine.

Et retour par l'Italie…

Beaucoup plus connu, le basilic grand vert sera idéal pour cuisiner l’Italie toute entière ! Du pesto au classique tomate/Mozzarella, le grand vert est emblématique des cuisines provençales et méditerranéennes. Sa culture est facile, suivez les mêmes conseils que pour son cousin, le basilic Thaï.
Suggestion de recette : Pâtes au pesto maison.


Grâce à ces cinq plantes, vous aurez la possibilité d’expérimenter des types de cuisines dont vous n’avez peut-être pas l’habitude, et qui vous fera voyager tout au long de la saison ! Vous trouverez ces plantes en godet en jardinerie ou en ligne. Si vous en avez la possibilité, sachez que certaines plantes se divisent facilement. Passez donc chez la voisine, elle aura peut-être une ou plusieurs de ces plantes, celle-ci sera peut-être ravie de vous en donner un peu !
Restez à l’affût ! Dans un prochain article, nous verrons 5 plantes à infuser, essentielles pour prendre soin de son corps et de son esprit !

Rôle des abeilles

Les abeilles : une espèce indispensable à la survie de l’homme et de la nature

Ce n’est pas nouveau, les colonies d’abeilles diminuent fortement chaque année… Dans certaines régions du monde et même en France, elles ont disparues parfois soudainement. Ce phénomène est d’autant plus préoccupant quand on connaît l’importance des abeilles à la fois pour la diversité végétale et les cultures, impactant par extension l’homme et la nature. Plusieurs raisons sont à l’origine de la disparition de ces pollinisateurs, grâce à une prise de conscience, des solutions émergent tout de même pour contribuer à la sauvegarde des abeilles.

Une disparition généralisée à l’ensemble du globe

Nommé ‘syndrome d’effondrement des colonies’, ce phénomène est particulièrement observé en Europe. En effet, le taux de mortalité est très important dans certaines régions d’Europe puisqu’il peut atteindre 80%...Selon les rapports, il manquerait 13 millions de ruches en Europe. En France, chaque année, on estime que 30% des ruches disparaissent. Le reste du monde n’est pas épargné puisque la Chine, suite à l’utilisation à outrance de pesticides subit une disparition quasiment totale de ses pollinisateurs.

Les raisons de l’extinction des abeilles

Les pesticides sont une des raisons principales à la mortalité des abeilles, notamment à cause des néonicotinoides qui perturbent le système nerveux des abeilles. Mais il existe aussi d’autres causes telles que les parasites, la propagation de maladies, la diminution et le manque de diversité des fleurs réduisant ainsi les ressources alimentaires, l’apparition de nouveaux prédateurs (frelon asiatique par exemple), le changement du climat et la pollution sont également des causes non négligeables, tout comme les ondes magnétiques qui troublent nos chères amis les abeilles….

Quels sont les impacts de la disparition des abeilles pour l’homme et la nature ?

L’extinction d’une espèce végétale ou animale s’avère toujours dommageable et s’accompagne souvent de conséquences néfastes. La disparition des abeilles se révèle encore davantage préjudiciable pour nous quand on sait que l’abeille et d’autres pollinisateurs contribuent à la production des ¾ des cultures à l’échelle du monde ! En effet, par son effet pollinisateur, elles permettent ainsi à l’homme de se nourrir…L’autre impact réside dans la diversité végétale. La reproduction des espèces végétales dépend de ces pollinisateurs (4000 variétés de végétaux, soit 80% des espèces), sans l’action de l’abeille, notre environnement et nos jardins tendent à changer et à évoluer avec la disparition de certaines variétés…

Les solutions pour endiguer l’extinction des colonies d’abeilles

Même si la Commission Européenne s’est penchée sur le sujet depuis quelques années et a établi un moratoire de 2 ans sur les néonicotinoides, le chemin est encore long pour interdire totalement les pesticides. Restons positif, nous pouvons aussi agir à notre niveau comme le veut la fameuse légende de Pierre Rabhi et du petit colibri ! S’il y a un bien geste à adopter, c’est de bannir les pesticides de votre jardin ! Mauvais pour la planète et notamment pour les nappes phréatiques, ils le sont aussi pour les abeilles, (certaines jardineries d’ailleurs reprennent vos bidons de pesticides). Autres actions faciles à mettre en place, planter des arbustes et fleurs mellifères, ils attireront les abeilles et leurs permettront de se nourrir ! La sauvegarde des abeilles passe également par l’aide aux apiculteurs. Depuis 10 ans, environ 15 000 apiculteurs ont dû mettre la clé sous la porte…Pour faire face, des associations sont nées pour contribuer à la sauvegarde des abeilles et pour soutenir la profession, tout en impliquant le grand public. Il est désormais possible avec un toit pour les abeilles par exemple de parrainer une ruche à son nom chez un apiculteur de sa région. En contrepartie, des pots de miel de la ruche parrainée sont envoyés chaque année !

Le constat est plutôt morose, mais face à l’urgence nous devons tous nous mobiliser, tant au niveau des pouvoirs publics que les jardiniers du dimanche ou les agriculteurs ! Nous avons tous un rôle à jouer surtout quand notre survie en dépend…Alors que certains pays essayent de contourner le problème en mettant en place des pollinisateurs ‘humains ‘ ou ‘robots’, et si nous nous posions plutôt la question de trouver des alternatives aux pesticides, permettant ainsi d’éliminer champignons et autres maladies des cultures ?

Les nombreux bienfaits de la marche quotidienne

Une promenade quotidienne, de nombreux bienfaits !

Accessible à tous et ne nécessitant que très peu de matériel, c’est la star incontestée des sports dits « doux » : il s’agit bien sûr de la marche à pied. En plus d’apporter au corps une source d’exercice physique loin d’être négligeable, elle permet également d’entretenir une bonne forme mentale. Plus qu’une simple oxygénation, elle peut devenir une forme de méditation pour qui veut se donner l’objectif de s’y adonner quotidiennement.

La balade du soir, un sport bon pour le corps.

Pour satisfaire les besoins du corps en exercice physique, nul besoin de s’inscrire dans une salle de sport : il suffit de faire de la nature un terrain de jeu ! Même si l’idéal reste de se promener de 1 à 2 heures, 30 à 45 min de marche à pied par jour suffisent pour profiter de ses bienfaits. Outre le fait de faire fonctionner l’ensemble du corps et de ses muscles, ce qui favorise la production d’endorphine, efficace contre les douleurs en tous genres, elle diminue aussi le risque de maladie cardio-vasculaires, de certains cancers et autres maladies comme le diabète. Elle est aussi un allié précieux dans une démarche de perte de poids et dans le cadre d’un régime contre les mauvaises graisses en rééquilibrant le corps tout entier.

Une dose d’oxygène aussi pour le moral !

En plus des bienfaits procurés au niveau physique, la marche à pied permet également de faire du bien à son esprit. En marchant, on se concentre sur son exercice, on chasse les mauvaises pensées, on profite de la nature et de ses petites surprises (écureuil furtif, chant des oiseaux, coucher de soleil et tant d’autres réjouissances !). Au minimum, la marche permet la déconnexion, détend les muscles et apaise tensions et stress accumulés tout au long de la journée. Mais pour ceux qui le désirent, la balade peut même devenir un moment privilégié pour pratiquer une certaine forme de méditation. Pour vous y entraîner, plantez votre regard bien devant vous, respirez à intervalles réguliers et concentrez-vous sur vos sensations lors de la marche : respiration, rythme des pas, sons environnants... Pour pousser plus loin encore l’expérience, dans une logique de totale « reconnexion » à la terre, pensez à tenter la marche pieds nus, elle n’en sera que plus bénéfique !

Un sport doux quasi gratuit, accessible à tous

La marche fait partie des sports dits « doux », qui ne peuvent jamais, à part peut-être dans de très rares cas, être contre-indiqués. Elle ne fait pas mal au dos (bien au contraire), elle n’est pas agressive, ni pour les articulations, ni pour le rythme cardiaque, ce qui fait d’elle l’une des rares activités à pouvoir être pratiquée par tous, toutes générations confondues. En effet, pour pratiquer une courte marche, il ne suffit que d’être équipé… de deux jambes ! Bien sûr, selon les conditions, notamment en hiver ou lors de journées plus humides (oui, on parle bien de marche quotidienne, donc toute l’année sans exceptions !), l’unique investissement à réaliser pourra résider dans l’acquisition d’une bonne paire de bottes, de demi-bottes ou de chaussures imperméables qui seules vous aideront à traverser les terrains les plus boueux et salissants…


Vous l’avez sans doute compris, marcher tous les jours, c’est se faire du bien au quotidien. C’est l’un des gestes « santé » parmi les plus importants et les plus efficaces pour entretenir sa forme physique et mentale, au même titre que de faire attention à son alimentation. Pour vous motiver à marcher, exploitez le moindre coin de nature qui vous entoure, au parc, en forêt ou le long du petit plan d’eau à deux pas de chez vous. Il est temps de partir à l’exploration d’une activité extérieure aussi bienfaitrice que commune, pourtant si souvent délaissée !