Archives mensuelles : novembre 2018

Quand et comment planter vos framboisiers ?

Le mois de novembre est le moment propice pour débuter votre verger, tant qu’il ne gèle pas ! En effet, l’enracinement est facilité et les végétaux rustiques ont toutes leurs chances de se développer parfaitement au retour des beaux jours. Vous pouvez d’ores et déjà planter vos arbres fruitiers rustiques, et on a une petite préférence pour le framboisier ! Alors découvrons ensemble les subtilités de cette ronce aux fruits si délicieux.

Zoom sur le framboisier

Aussi appelée la ronce du mont Ida, le framboisier est une espèce d’arbrisseaux de la famille des Rosacées. Comme cité précédemment, le framboisier est rustique, et peut produire des fruits sur une durée de 15 ans, à condition d’en prendre soin. La culture du framboisier est à la portée de nous tous, et la récolte est particulièrement abondante, rien de plus agréable n’est-ce pas ?
Il existe deux types de framboisiers :

  • - Les remontants fructifient plusieurs fois dans l’année, à la fin du printemps et au début de l’été
  • - Les non-remontants ne produisent des fruits qu’une seule fois dans l’année, au début de l’été
  • À savoir : la plantation du framboisier est identique, qu’il soit remontant ou non.

    Quand et comment planter les framboisiers ?

    La ronce du mont Ida se plante au début de l’automne, jusqu’à la fin du mois de décembre, ou bien à la fin de l’hiver, dès le mois de mars. Cependant, nous privilégierons l’automne ! Si vous avez pour habitude de jardiner avec la lune, choisissez un jour de fruit, en lune descendante, lorsque la sève regagne les racines. Quelle place de choix donner à vos framboisiers ? Un lieu privilégié, où les framboisiers pourront se développer durant des années, sans perturber les autres plantes. Ils apprécient les sols humifères, même s’ils s’accommodent à tous types de sol. Une exposition ensoleillée leur conviendra parfaitement. Concernant sa plantation : pour chaque pied, prenez le soin de faire des trous profonds, espacés de 50 cm, les uns des autres. Afin de favoriser la richesse de la terre, n’hésitez pas à déposer du compost dans les trous de plantation, puis placez-y le pied de framboisier, et rebouchez le trou avec la terre extraite au préalable. Arrosez abondamment, puis paillez le tout.
    Conseil jardinage : n’enterrez pas le collet de la pousse dans la terre, cela risquerait de retarder son développement. De plus, pour que vos framboisiers ne s’abiment pas et restent à leur place, il est possible de palisser les pieds à l’aide de fil de fer tendus entre des poteaux, installés au sol.

    Le bouturage du framboisier

    Pour que vos récoltes de framboises soient toujours aussi généreuses, le framboisier demande à être divisé tous les 3 à 4 ans, et plus particulièrement durant leur repos végétatif, c’est-à-dire en automne-hiver. Sachez qu’avant de déplanter les framboisiers, il faut savoir où les repiquer au jardin. D’ailleurs, il est conseillé de les changer de place si vous le pouvez.

    Comment bouturer votre framboisier en 5 étapes ?
    Le matériel nécessaire : Vous aurez besoin d’une fourche-bêche et d’une bêche.

    • 1) Préparez votre sol en faisant une tranchée de la largeur et de la profondeur d’un fer de bêche. Puis tapissez le fond de terreau et de compost.
    • 2) À l’aide d’une fourche-bêche, déterrez les vieilles souches de framboisiers. Secouez-les afin de les débarrasser d’un maximum de terre !
    • 3) Place à la division des souches : tranchez net la souche à l’aide d’une bêche, pour en faire plusieurs éclats, composés de tige de rejets, rhizomes et racines. Un éclat ne peut contenir qu’une seule tige.
    • 4) Rabattez les tiges à environ 25cm, en les coupant juste au-dessus d’un bourgeon.
    • 5) Replantez rapidement les souches afin qu’elles ne se dessèchent pas. Placez un éclat tous les 50 cm, recouvrez de terre et arrosez. Il ne vous reste plus qu’à pailler avec des feuilles mortes et du compost.

    • Vous connaissez désormais tout sur la plantation du framboisier et son entretien quotidien. De quoi récolter de généreuses framboises colorées dès le début de l’été, à déguster nature ou bien dans un tiramisu par exemple. On en a déjà l’eau à la bouche !

Comment préparer son jardin à passer l’hiver ?

L’entrée dans l’hiver se fait sentir, et dans moins d’un mois vos végétaux seront réellement exposés au froid et au gel hivernal. C’est pourquoi il est important de préparer votre sol à passer l’hiver, et l’enrichir à l’occasion de l’arrivée du printemps. Préparer son jardin en automne, c’est s’assurer de retrouver une terre riche, raffermie, prête à accueillir de nouveaux végétaux. Prenons donc le temps de découvrir les différentes étapes de jardinage à suivre en vue de redonner de l’énergie au sol de votre jardin, beaucoup sollicité au printemps et à l’été.

Etape 1 : Arracher les végétaux morts et ramasser les feuilles mortes

Cette première étape est cruciale puisqu’elle vous permet de cerner l’étendue des travaux dans votre jardin. Commencez par ramasser toutes les feuilles mortes, à l’aide d’un ramasse feuilles par exemple, et déposez-les directement au compost, où elles trouveront leur place. Puis, prenez le temps d’arracher tous les végétaux morts. Cependant, sachez que les tiges montées en graines n’ont pas leur place au compost, vous pouvez donc les déposer en déchetterie, ou bien les bruler si l’arrêté préfectoral l’autorise.

Etape 2 : Cueillir les derniers légumes et protéger les végétaux

C’est désormais le moment de récolter les derniers légumes de saison tels que les radis, le fenouil, les épinards, les bettes, les carottes… N’hésitez pas à en faire des soupes par exemple, excellentes pour la santé, et source d’énergie à l’approche de l’hiver. Pour le reste de vos végétaux, protégez les plus fragiles grâces un voile d’hivernage. C’est une sorte de tissu très léger, perméable à l’air et à l’eau, évitant la déshydratation des végétaux, et leur permettant de profiter de la lumière. Le voile d’hivernage produit alors un effet de serre.

On utilise le voile d’hivernage pour deux raisons majeures :

  • - Protéger les végétaux du gel
  • - Protéger du froid
  • Astuce : lors de la pose, faites attention de ne pas trop coller le voile d’hivernage aux végétaux, afin d’éviter le développement de pourriture.

    Ce sont les végétaux les plus sensibles qui sont concernés par cette protection, comme les plantes méditerranéennes ou bien les plantes en pot. On portera donc une attention toute particulière aux orangers du Mexique, au Daphne Odora, aux camélias, ou bien aux lauriers roses par exemple. Pour celles en pot, n’hésitez pas à les coller contre les murs de votre terrasse ou du balcon, dans l’objectif de les protéger au maximum du froid.

    Etape 3 : Aérer et désherber le potager avant l’hiver

    En automne, la terre de votre jardin est appauvrie et le sol s’est tassé, il est donc essentiel de la rebooster et la refertiliser. Cette action suppose le fait de redonner de la structure à votre terre, grâce à une fourche écologique, aussi appelée grelinette. La fourche écologique est une alternative au bêchage classique, qui empêche d’enfouir les herbes indésirables. Travailler le sol à la grelinette permet alors d’aérer le sol et évite de bousculer la couche supérieure de la terre, riche en micro-organismes bénéfiques au développement de vos plantes. Cette solution favorise l’équilibre de votre jardin, car un sol vivant permet aux plantes de se défendre contre les parasites et les maladies. De plus, grâce à la grelinette, vous ne coupez pas les racines, et vous pouvez alors extraire plus aisément les mauvaises herbes… En termes d’utilisation, la fourche écologique est particulièrement ergonomique, puisqu’il vous suffit d’effectuer un mouvement levier, vous évitant de soulever la terre et donc de solliciter votre dos, qui restera droit.

    Etape 4 : Désherber

    A l’aide de la grelinette, les mauvaises herbes ressortiront de terre, et il ne vous restera plus qu’à les extraire. Cette action est un soin nécessaire à la survie et la préservation de votre jardin.

    Etape 5 : Pailler le potager dans l’objectif de protéger le sol

    Le paillage est une solution protégeant votre jardin du vent et des gelées hivernales. En effet, pailler vos plantes avec du compost, de la paille ou bien des écorces de bois est un moyen d’empêcher la croissance de mauvaises herbes et le gel d’atteindre les racines. Le paillis d’origine organique possède des propriétés fertilisantes à ne pas négliger et préserve les plantes des mauvaises herbes. Cette dernière étape est à effectuer au milieu de l’automne, avant l’arrivée du froid. D’ailleurs, si vous utilisez la grelinette, n’hésitez pas à étendre un paillis d’au moins 5 à 7 cm d’épaisseur.


    Vous connaissez désormais les bons gestes à avoir pour préparer votre jardin à passer l’hiver. Ces 5 étapes vous procureront sérénité, et vous retrouverez sans nul doute un jardin en bonne santé, prêt à donner vie à de nouveaux végétaux au retour des beaux jours !

Zoom sur le coing, fruit de l’automne

Le coing est un fruit issu du cognassier, de la famille des Rosacées, ressemblant à une poire, habillé d’un jaune intense, cotonneux en surface et particulièrement odorant lorsqu’il est à maturité. Pour que le coing soit parfaitement mûr il demande un climat méditerranéen, que l’on retrouve au Portugal, en Grèce, ou bien en Crète. Il peut alors être consommé cru puisqu’il devient mou et moins acide. À l’inverse, lorsque le coing fleurit et est dégusté dans un pays au climat tempéré, tel que la France, il reste dur, acide, astringent, ainsi il est préférable de le consommer après l’avoir cuit. Ce fruit original au goût et saveurs particulières cache de nombreux secrets et bienfaits. C’est pourquoi nous souhaitons partir, avec vous, à la découverte du coing, fruit de caractère, aux origines méditerranéennes.

L’histoire du coing

Tout d’abord, le coing prend son origine dans les Balkans et les bords de ma mer Caspienne. Le début de sa culture serait estimé à des milliers d’années avant J.C. Très appréciés des Grecs, qui le dégustaient fourré de miel, le coing s’est fait appeler « la pomme de Cydon », représentant un cadeau rituel fait à l’occasion des mariages. Les Romains se sont aussi épris du coing, présent lors des banquets, et des repas de fête souvent accompagné de miel et légumes, ainsi qu’en parfumerie et médecine. Le coing a été introduit en Italie sous l’appellation « Malus cotoneum », signifiant « pomme cotonneuse ». Cependant, transporté par le bouche à oreille, le terme s’est transformé en « coudougner », et c’est ainsi qu’il s’est fait nommer « couing » en France. Considéré aujourd’hui comme le mal-aimé, le cognassier connut très vite une grande popularité lorsqu’il fut introduit dans le Sud de la France, il y’a des centaines d’années. Souvent planté pour faire office de haie, le cognassier fut rapidement synonyme de limite, ce qui a détérioré sa réputation. Le coing possède donc un riche passé, empreint de goûts et de saveurs…De quoi attirer les papilles des plus curieux !

Ses bienfaits nutritifs

De plus, lorsque le coing est consommé sous forme de gelée, de confiture ou bien de pâte, il agit de manière bénéfique et protectrice sur les intestins. Comme expliqué précédemment, le coing est un fruit astringent, alors riche en tanin, il ralentit alors le transit intestinal, et resserre les tissus de la muqueuse intestinale. Par ailleurs, le coing est composé de pectines, qui contribuent à la rétention d’eau. C’est pourquoi on lui attribue de grandes vertus anti- diarrhéiques, favorisant la lutte contre les bactéries intestinales. D’autre part, cette richesse en pectines abaisse l’indice glycémique et permet une meilleure tolérance aux glucides, ainsi qu’une baisse du taux de cholestérol dans le sang. Les bienfaits nutritifs du coing exercent donc une action régularisatrice sur le corps humain, et son métabolisme. Riche en fibres, anticholestérol, pauvre en calories…Le coing propose de réels apports nutritionnels, alliant le goût et l’équilibre alimentaire.

Une recette facile à réaliser, à base de coing

Le coing peut être réalisé sous différentes formes, telle que la gelée, la confiture, la pâte, ou bien au sirop. Il est aussi appétissant d’accompagner le coing à une viande, comme le canard, et/ou à un légume. Nous souhaitons partager avec vous recette de la tarte aux coings, réunissant tradition et audace. Comptez 25 minutes de préparation, et 35 minutes de cuisson.

Il vous faut :
Pour la pâte :

  • - 150g de farine
  • - 70g de beurre en petits dés
  • - Une pincée de sel
  • - 4 cuillères à soupes d’eau

Pour l’accompagnement :

  • - 4 à 5 coings, en fonction de la taille de votre plat
  • - 70g de sucre
  • - 60g de beurre


Etape 1 : Confectionnez votre pâte brisée, formez une boule et laissez-la reposer une demi-heure au frais.
Etape 2 : Pelez et épépinez les coings. Puis, faites les cuire à la vapeur entre 15 et 20 minutes. N’hésitez pas à surveiller la cuisson à l’aide d’une fourchette que vous plantez dans un fruit.
Etape 3 :Lorsque les coings sont cuits, coupez-les en quartier. Coupez le beurre en petits dés, et disposez-les dans le fond du plat à tarte, puis saupoudrez-les de sucre. Par-dessus, ajoutez-y les quartiers de coings.
Etape 4 : Avec un rouleau de pâtisserie, prenez le temps d’étaler la pâte. Enfin, disposez-la sur la garniture, en insistant sur les bords.
Il ne vous reste plus qu’à enfourner à 180 degrés, durant 35 minutes.


En bref, le coing est un fruit automnal qui a sa place dans votre cuisine ! Si vous n’osez pas le cuisiner, laissez-vous tenter par notre idée recette très facile à réaliser, qui plaira aux petits comme aux grands ! Son histoire, ses valeurs nutritives, son goût et aspect particulier font de lui un des nombreux trésors de la nature.

Comment décorer votre intérieur aux couleurs de l’automne ?

Sortir dans la nature au mois de novembre, c'est l'occasion de profiter de l'automne et de ses couleurs, de décompresser et prendre du temps pour soi ! L’automne dévoile sa magie, ses feuilles aux couleurs chaudes, ses champignons à peine sortis de terre, ses odeurs boisées… Alors pourquoi ne pas se laisser tenter par les trésors de la nature ? Si l’automne vous inspire, vous transporte, et vous fascine, votre décoration intérieure peut s’en inspirer pour faire de votre lieu de vie un havre de paix. Blackfox a donc préparé, pour vous, une sélection d’idées de décoration Do It Yourself avec des éléments naturels, pour personnaliser votre intérieur !

Des imprimés feuilles faits maison

L’automne nous offre la chance de découvrir des feuilles de différentes formes et de différentes couleurs, issues d’arbres qui entrent en repos végétatif. Donner une deuxième vie à ces feuilles en faveur de votre décoration d’intérieure, qu’en pensez-vous ? Choisissez les feuilles d’arbres qui vous plaisent le plus, pour créer des motifs authentiques sur vos coussins.

Il vous faut :

  • - Un ou plusieurs coussins de couleur blanc cassé
  • - De la peinture pour textile de la couleur de votre choix
  • - Un gros pinceau
  • - Une ou plusieurs feuilles d’arbres d’automne
    • Première étape : Disposez votre peinture dans un récipient, et recouvrez entièrement la feuille choisie de peinture à l’aide du pinceau. Ne lésinez pas avec la peinture, pour que les formes précises de la feuille se distinguent ensuite sur le coussin.
    • Deuxième étape : Appliquez la feuille sur le coussin, et pressez-la de manière importante au centre et sur les contours, afin de créer un motif réaliste. Renouvelez l’opération autant de fois que vous le souhaitez.

    Ces coussins uniques aux empreintes de l’automne donnent une ambiance chaleureuse et une touche de nature à votre intérieur !

    Des citrouilles customisées

    Halloween est passé, mais ce n’est pas une raison pour se débarrasser trop vite de vos citrouilles…vous pouvez leur offrir une seconde vie en les transformant en éléments de décoration automnale ! Nous avons découvert un bricolage facile à effectuer proposé par le site A home for design, apportant une touche originale et moderne à votre décoration : la citrouille en feuille argentées.

    Il vous faut :

    • - Une citrouille
    • - Une quarantaine de feuilles d’arbustes, tels que l’Elaeagnus Ebbingei, le Buie, ou bien le Laurier tin
    • - Une bouteille aérosol de peinture argentée et de peinture noire
    • - Une bâche en plastique ou de vieux journaux
    • - Un pistolet à colle
    • - Un équipement adapté : de vieux vêtements couvrants, et des gants en latex.

    Nous vous proposons de recouvrir la citrouille de peinture noire afin de favoriser le contraste avec les feuilles argentées ; Mais libre à vous d’harmoniser la citrouille avec d’autres couleurs, et d’ajouter des feuilles dorées par exemple. Laissez-vous guider par vos inspirations du moment...
    Première étape : Trouvez-vous un coin tranquille, de préférence dehors, car le gaz de la peinture en bombe est toxique. Placez vos feuilles sur la bâche en plastique, et badigeonnez-les de bombe argentée. Puis répétez la même opération avec de la bombe noire, sur la citrouille. Vous pouvez vous permettre de ne colorer que la moitié supérieure de la citrouille.
    Deuxième étape : Laissez sécher durant 24 heures.
    Troisième étape : Après avoir fait chauffer le pistolet à coller, laissez parler votre imagination ! Sur toute la moitié inférieure de la citrouille, disposez les feuilles les unes à côté des autres, lignes par ligne, en les superposant. L’objectif est de créer des écailles de feuilles argentées, qui sublimeront votre citrouille !
    Voici le rendu final (photographie issue du site internet A home for design) :

    Décoration citrouille argentée par A Home for design

    Des bougies en pomme de pin

    Ce dernier bricolage Do It Yourself nous a aussi beaucoup plu, à faire sans hésiter avec les enfants ! Avec des pommes de pin, une bougie, une pince universelle et un pistolet à colle, vous pouvez créer une vraie ambiance automnale ! Les bougies sont particulièrement agréables car elles diffusent une ambiance calfeutrée, chaleureuse, empreint de nature. Si ce bricolage vous tente, il ne vous reste plus qu’à aller vous balader en forêt, aller à la recherche des pommes de pins !
    Première étape : A l’aide d’une pince universelle, prenez le temps de détacher toutes les écailles de deux pommes de pins.
    Deuxième étape : Disposez une par une les écailles de la pomme de pin sur le verre de la bougie, avec un point de colle.
    Troisième étape : Laissez sécher un peu moins d’une journée. Le rendu final est plaisant, et de saison !
    Découvrez sans plus attendre la vidéo descriptive.


    Ces trois idées de bricolage Do It Yourself vous permettent de rapprocher la nature à la décoration, tout en suivant vos envies et inspirations. Vous n’êtes pas contraints de choisir une décoration de magasins, mais libres de créer vos propres éléments de décoration, inspirés de la magie de l’automne.