Archives mensuelles : août 2020

Comment reconnaître les insectes et animaux recycleurs au jardin ?

Le renard noir vous a déjà présenté les insectes pollinisateurs et prédateurs qui vous aident quotidiennement au jardin… Mais il reste une catégorie à découvrir : les recycleurs ! Partez une nouvelle fois à l’exploration du jardin et apprenez-en plus sur les insectes recycleurs du jardin, qui ils sont et comment les protéger au quotidien ! Et un troisième cahier de reconnaissance des insectes recycleurs vous attend à la fin de cet article… 

Les insectes et animaux recycleurs, qu’est ce que c’est ? 

Les insectes et animaux recycleurs représentent une nouvelle catégorie d’alliers discrets des jardiniers ! Et c’est le moins que l’on puisse dire car ils sont de toutes petites tailles, voir parfois même microscopiques ! 

Comme leur nom l’indique, les insectes et animaux recycleurs ont pour mission de recycler les plantes mortes du jardin… Lorsqu’une plante, un arbre ou tout simplement une feuille se meurent, leurs tissus ne peuvent pas être assimilés par le reste de la végétation. Et c’est exactement la même chose pour les cadavres ou déjections d’animaux. Cette matière organique doit pourtant être recyclée… Mais comment cela peut-il se faire naturellement ? 

La nature étant bien faite, des insectes possèdent ce rôle de recycleurs ! Ils réduisent alors la matière organique en minuscules fragments, qui seront ensuite minéralisés par les bactéries. Les insectes et animaux recycleurs ont donc un rôle très important au jardin puisque c’est en majeur partie sur eux que repose la fertilité d’un jardin ! 

Qui sont les insectes et animaux recycleurs du jardin ? 

  • Les vers de terre : C’est l’animal recycleur le plus connu de tous ! Ils creusent des galeries souterraines en forme de labyrinthe pour se déplacer, cela favorise alors l’aération, l’hydratation, la minéralisation ou encore la distribution des éléments fertilisants du sol. Aussi appelé lombric, le ver de terre existent sous plus de 10 000 espèces ! Ils se nourrissent de la matière organique et des débris végétaux. 
  • Les collemboles : ces petits insectes de quelques millimètres sont méconnus du grand public mais ont pourtant une importance capitale au jardin ! Ils sont aujourd’hui considérés comme des hexapodes et sont divisés en plus de 3000 espèces ! Les collemboles ne possèdent pas d’ailes, mais ont tous des antennes. Ces derniers vivent tous en colonie, et plus le sol est riche et équilibré, plus ils sont nombreux ! 

Photo issue du site internet passion entomoligie

  • Les cloportes : Ces crustacés possédant une carapace décomposent la matière organique et principalement végétale dans les composts, ou encore les lieux frais ou humides, comme sous une grosse pierre ou un rondin de bois par exemple. 
  • Les mouches et moucherons à l’état de larves : Souvent désagréables car très envahissantes, les mouches sont la plupart du temps ignorées au jardin… Pourtant les larves de plusieurs mouches se nourrissent exclusivement de débris végétaux ou bien d’autres matières organiques. Cela permet donc d’accélérer le processus de décomposition des jardins et favorise le recyclage des nutriments ensuite réutilisés par les plantes. 

Quels bons gestes prodiguer pour protéger les insectes et animaux recycleurs ? 

Pour favoriser l’installation des insectes et animaux recycleurs, il est conseillé de limiter le travail de votre sol en profondeur pour ne pas les mettre en danger ou bien les faire fuir. On oublie donc le labourage du sol qui coupe les vers de terre et qui déloge la faune souterraine de son habitat naturel. Ce remue-ménage risquerait d’exposer les insectes recycleurs à un environnement qui ne leur correspond pas et les mets en danger. 

Comme le renard noir l’expliquait déjà pour protéger les insectes pollinisateurs ou les auxiliaires prédateurs, il est important de stopper les engrais chimiques… Il en va de même pour les insectes recycleurs. En effet, cela participe alors à la perturbation des sols et privent ces petites bêtes de leur nourriture… Au final, les engrais chimiques causent leur perte. 

Enfin, si vous n’avez pas encore de compost au jardin, c’est le moment de vous lancer ! Cet aménagement est bénéfique pour le recyclage de vos déchets puisque vous pourrez diminuer jusqu’à un tiers le poids de vos ordures ménagères collectées ! Les insectes recycleurs seront donc naturellement attirés par les déchets de nature végétale. De plus, c’est un engrais naturel avec des nombreuses vertues : il améliore la fertilité du sol (libération d’éléments nutritifs), il permet un arrosage moins fréquent, favorise le développement des plantes, protège les végétaux contre différentes maladies, allège les sols argileux, et limite les différences de température trop importantes.

Le renard noir met le dernier cahier de reconnaissance des insectes à votre disposition, avec des fiches pour repérer et répertorier les différents insectes et petits animaux recycleurs présentés précédemment… Il ne nous reste plus qu’à enfiler les sabots et les gants avec les enfants, et partir à découverte de nouveaux petits alliés du jardin ! Une activité ludique à faire en famille durant un Week-end...

Et si vous faisiez vos propres confitures d’été ?

Qui n’a pas déjà rêvé de faire de délicieuses confitures maison, avec les fruits du jardin ? L’été nous donne l’opportunité de récolter de bons fruits et d’en apprécier les saveurs le reste de l’année grâce à la confection de confitures et gelées… Partez avec le renard noir à la cueillette des fruits d’août, découvrez les différents mélanges possibles et les étapes de préparation pour une bonne confiture maison. 

Partir à la cueillette des fruits d'été 

Lété est synonyme d’abondance pour les fruits… Le soleil a fait éclore les abricotiers, groseilliers, pêchers, ou encore poiriers… À récolter au jardin, à choisir sur l’étale d’un marché ou encore à cueillir en forêt, ces fruits mûrs à point, une fois lavés, peuvent être dégustés dans de délicieuses confitures. 

Voici une liste des différents fruits à cuisiner en confiture : 

  • abricots 
  • brugnons
  • groseilles
  • cassis 
  • pêches
  • nectarines
  • tomates
  • fraises 
  • poires 
  • airelles
  • framboises
  • reine-claudes… 

On chausse une paire de sabots au jardin ou bien de demi-bottes pour les balades dans les champs ou la forêt, on enfile une paire de gants et on sélectionne son plus beau panier… Il ne reste plus qu’à partir à la cueillette des meilleurs fruits d’été ! 

Les différents mélanges possibles pour une bonne confiture maison

Une fois les fruits récoltés, un seul mot d’ordre : laissez libre court à votre imagination pour concocter les meilleures confitures ! Préparés seuls, ou bien mélangés, ces fruits de saisons vous surprendront par leur saveur. 

En effet, vous pouvez créer 3 mélanges de confitures différents : 

1- La confiture classique, une valeur sûre. Fraises, abricots, mûres.. C’est à partir de ce fruit que vous cuisinerez votre confiture estivale et qui aura une saveur dominante. 

2 - La confiture à partir de 2 fruits différents, mélangés. Vous pouvez par exemple mélanger un fruit plus consistant et moins gorgé d’eau à un fruit plus juteux, comme par exemple abricot avec la nectarine. 

3 - La confiture à partir d’un mélange de toutes sortes de fruits, ça vous dit ? Une fois que les fruits sont bien mûrs, pourquoi ne pas les mélanger à votre guise ? Cette confiture sera alors votre marque de fabrique et personne n’en aura le secret… Laissez place à vos envies et votre créativité !

Sachez que lors de votre préparation de confiture, vous pouvez aussi rajouter des arômes, épices ou fleurs pour donner du goût à vos préparation : vanille, girofles, pétales de roses, lavande ou capucines… Pour des confitures personnalisées et qui vous ressemblent !

Quelles sont les différentes étapes de préparation de votre confiture maison ? 

  • Etape 1 : La stérilisation des pots de confiture : Cette première étape est importante puisqu’elle permet de stériliser vos pots avant l’utilisation, empêchant alors les bactéries de s’installer dans votre préparation. Soit vous effectuez cette opération grâce à un stérilisateur, soit vous choisissez la méthode artisanale. Cette dernière consiste à tremper vos couvercles et pots dans une casserole remplie d’eau chaude. Le tout doit être porté à ébullition durant 10 à 15 minutes maximum. Enfin, il ne reste plus qu’à sortir les pots et couvercles à l’aide d’une fourchette ou d’une pince, sans y mettre vos doigts à l’intérieur, au risque de recontaminer les pots, et de disposer les pots à l’envers sur un linge propre. 
  • Etape 2 : Choisir ses fruits : La sélection des fruits est importante pour une confiture réussie ! Les fruits trop mûrs ou bien mâchés risquent de faire perdre le goût à votre confiture.. Une fois cueillis, n’hésitez pas à les préparer pour garder toute leur saveur ! 
  • Etape 3 : Peser ses fruits : Une fois les fruits sélectionnés, il est essentiel de peser précisément leur poids afin que la dose en sucre soit juste. En effet, vous ajouterez à votre préparation maison l’équivalence du poids de fruits, en sucre. Au préalable, il suffit de nettoyer les fruits à l’eau tiède, en enlevant les parties non-comestibles et les éventuels bouts flétris. 
  • Etape 4 : Le mélange fruits et sucre : Avant de mélanger les fruits au sucre, coupez à la taille de votre choix ou bien passez les légèrement au mixeur. 

L’astuce du renard noir : pour une confiture plus savoureuse et goûteuse, vous pouvez laisser votre confiture se bonifier durant 12 heures au frigo. Les arômes de fruits ne seront que meilleurs ! 

Si vous souhaitez donner plus de consistance à votre confiture, vous pouvez y ajouter du jus de pommes frais et biologique. Cela vaut surtout pour les confitures aux fruits rouges, faibles en pectine, et donc qui ont un aspect beaucoup moins gélifié. 

Pour favoriser la conservation, le jus de citron frais peut être ajouté dans la préparation. pour 500 grammes de sucre, il faut compter ½ jus de citron. 

Etape 5 : Place à la cuisson : Versez le tout dans une casserole, à déposer sur feu vif, et durant 15 minutes. 

Un conseil : ne pas quitter des yeux la préparation, au risque de la râter… La confiture demande toute votre attention ! Si vous avez de quoi mesurer la chaleur de l’eau, sachez qu’une fois montée à 105°; votre confiture sera prête. Il ne vous reste plus qu’à remuer la préparation avec une cuillère en bois, en enlevant au fur et à mesure l’écume qui se créé au moment de la cuisson. 

  • Etape 6 : La mise en pot : Place à la mise en pot ! A l’aide d’un entonnoir, vous pouvez verser votre confiture chaude dans vos pots préalablement stérilisés. Les pots peuvent être remplis à rabord. Après avoir refermé les pots avec le couvercle, il ne vous reste plus qu’à les retourner pendant 10 min afin que la chaleur pasteurise totalement le pot. 
  • Etape 7 : La conservation de vos confitures maison: Pour que vos confitures se conservent dans le temps et que vous puissiez en profiter durant durant l’automne ainsi qu’en hiver, il est important de stocker les pots dans une pièce à l’abris de la lumière et ne dépassant pas les 18°c.

Et pour la touche finale, que diriez-vous de coller de belles étiquettes personnalisées ? Le renard noir vous met donc à disposition des étiquettes pour habiller et personnaliser vos pots de confiture ! Alors à vos sabots et place à la récolte, le jardin n’attend que vous !