Archives pour la catégorie actu

Comment bouturer les succulentes ?

Le bouturage des succulentes, comprenant cactus et plantes grasses, a pour vertu de multiplier vos plantes, ou bien de sauver une pousse mal en point… Il se fait en règle générale entre la fin du mois de mai et le début du mois de juin, car ces plantes sont de grandes amatrices de chaleur ! Découvrons ensemble pourquoi bouturer  vos succulentes préférées et comment le faire.

Les succulents, qu’est-ce que c’est ?

Les plantes grasses et les cactus sont deux sortes de plantes succulentes. Leur point commun ? Elles ont pour capacité de stocker l’eau dans leurs tissus pour affronter des périodes de forte chaleur et  de sécheresse. Ce sont des plantes xérophytes, ce qui signifie qu’elles aiment particulièrement les milieux secs.

Les cactus possèdent une particularité permettant de les distinguer des autres plantes succulentes. En effet, ils possèdent des aréoles sur lesquelles nous pouvons observer des épines, des aiguillons, des tiges, des poils laineux ou encore des fleurs.

Leur tissu rempli de suc, d’où le nom de succulente, permet à un seul élément de la plante de ne pas se dessécher immédiatement et d’activer, pour survivre, un processus d’enracinement. Impressionnant, non ?

Pourquoi les bouturer ?

Les plantes grasses sont donc prédisposées, par nature, à subir un bouturage sans en pâtir… Bouturer votre plante reviendra alors à créer son double, génétiquement parlant, puisque la plante-mère permettra la création d’une plante-fille. Ce procédé de multiplication est considéré comme végétatif, car il ne fait pas intervenir les sexes, qui sont les fleurs.

Le premier avantage du bouturage réside dans la transmission des caractères de la plante-mère. Vous ne vous lassez pas de votre plante préférée, et bien pourquoi ne pas en créer une deuxième ?

Le second avantage est le fait que la plante bouturée aura une croissance plus rapide que si elle avait été obtenue par semis.

Le troisième avantage du bouturage, et pas des moindre, est le fait qu’il permette de sauver certaines plantes malades, même si elles sont atteintes de pourriture jusqu’au collet par exemple.

Comment bouturer efficacement mes plantes grasses ?

Avant toute chose, munissez-vous des ustensiles suivants pour donner une seconde vie à vos plantes grasses :

  • - greffoir, scalpel ou couteau sans dents aiguisées
  • - pinces à cactées ou papier journal,
  • - poudre de charbon de bois,
  • - terreau ou tourbe,
  • - sable,
  • - un pot,
  • - un arrosoir…

Avant de débuter le bouturage, assurez-vous que le substrat convient au bon développement de la plante. Les cactus et plantes grasses craignent l’humidité stagnante, le substrat devra donc être particulièrement drainant et composé en grande partie de sable. Privilégiez un mélange de ¾ de sable et ¼ de terreau de feuilles et quelques cuillères de charbon de bois.

Maintenant, passons au bouturage ! Il existe deux grandes méthodes de bouturage selon la plante que vous souhaitez multipliez.

1)   Le bouturage de feuilles, qui vous demande beaucoup de patience mais très facile à réaliser. Il se pratique sur les plantes de type echeverias, les sédums, les graptopetalums ou bien les cotylédons par exemple.

  • - Récupérez une feuille tombée de la plante en question, ou bien détachez-la délicatement.
  • - Laissez-la sécher quelques jours en protégeant sa partie nue de charbon de bois
  • - Plantez la base de la feuille dans le substrat de sable et de terreau de feuilles, sans trop l’enfoncer.

Après un certain temps, vous verrez apparaître de nouvelles feuilles à la base de la bouture… Et les premières racines se développeront au fur et à mesure.

Feuilles de succulentes en développement après bouturage.

2)   Le bouturage de tige, qui consiste à extraire une tige ou un bout de tige de la plante grasse en question. Cette méthode demande des gestes précis, une coupe nette et un séchage de la bouture jusqu’à la formation d‘un cal avant de la planter. Un cal est un tissu végétal qui recouvre la blessure de la plante, dans un processus de cicatrisation.

L’avantage de cette méthode se trouve dans le format de développement de la plante, qui est plus avancée que celui d’une feuille.

Vous pouvez pratiquer cela sur les crassulas, le sedum, les kalanchoes ou bien les aeniums par exemple. Cependant, il faut avoir conscience que cette méthode ampute la plante-mère…

  • - Commencez par désinfecter la lame avec laquelle vous couperez une tige de votre plante
  • - Choisissez une tige en bonne santé, suffisamment grosse pour se développer dans le substrat
  • - Coupez nettement, sans écraser les tissus
  • - Laissez sécher la plaie, qui cicatrisera doucement, avant de la mettre au contact de la terre. N’hésitez pas à badigeonner la plaie de poudre de charbon de bois afin d’éviter l’apparition de quelconques maladies
  • - Lorsque les racines se forment au niveau du cal, vous pouvez rempoter la tige dans le substrat et arroser.
Bouts de tiges en cours de bouturage.

Sachez que certains cactus ou plantes grasses ne peuvent pas se multiplier par bouturage… Les plantes-cailloux, les cactus globulaires sans rejet et les Euphorbia obera font partie de cette catégorie. En conséquence vous devez les multipliez par semis.

À vos gants , prêts, bouturez !

Pourquoi opter pour une paire de sabots au jardin ?

Oublions les sabots en bois empreints de tradition… Et découvrons une nouvelle génération de sabots, modernes, légers et adaptés aux petits allers et retours entre le jardin et la maison.

Le retour du sabot

Si l’usage du sabot est aujourd’hui principalement domestique, pendant des années il fut utilisé en tant que chaussure de travail… Il était en bois, épais, chaud et faisait du bruit. Vous l’aurez compris, le sabot est de retour, mais il a su se mettre au goût du jour pour assurer les transferts entre l’intérieur et l’extérieur de votre maison. Il est si pratique, qu’il devient même difficile de s’en passer une fois testé… On vous en dit plus.

L’intérêt de porter une paire de sabots

Faciles à enfiler, en glissant votre pied, et faciles à déchausser, vous n’avez pas besoin de vous pencher pour les enfiler. Les sabots sont donc avant tout pratiques ! Un réel avantage pour chacun de nous… Exit le bois, les sabots sont désormais composés de matériaux modernes légers et souples. Parce qu’ils n’alourdissent pas le pied, on a tendance à s’y sentir comme dans des chaussons ! Ils peuvent aussi bien être utilisés pour aller chercher le pain ou bien cueillir les premières tomates cerise du potager… Enfin, de par leur matière innovante, les sabots sont faciles à nettoyer et ils ne craignent pas la terre ou encore l’eau. Un mélange d’eau et de savon vous permettra facilement de supprimer les tâches.

Les sabots Blackfox

Pour profiter de la nature, Blackfox a imaginé une large gamme de sabots de jardin, adaptés à tous les membres de la famille, tous les styles et toutes les utilisations ! Les sabots Mellow mixtes (disponibles du 37 au 47) associent style et confort. Rose, violet, ou vert, ce sabot en EVA permet d’effectuer des petits allés et retours au jardin, en toute légèreté. D’ailleurs, c’est le premier sabot de notre gamme composé d’une semelle imprimée à mémoire de forme… Il promet de douillets instants au jardin… Sabots Mellow Les sabots Oregon mixtes (disponibles du 37 au 47) sont fabriqués en matière EVA, ce qui leur confère une grande légèreté ! Leur semelle est fabriquée de sorte à amortir les chocs…Rien de plus agréable au jardin ! Doublé en néoprène, ils vous apporteront une bonne isothermie et un confort lors de vos différentes activités de jardinage en période automnale. Ils existent en kaki, fushia et taupe. Sabots Oregon Les sabots Sun mixtes (disponibles du 37 au 46) sont ultra-légers et ultra-colorés…Des incontournables de l’été ! La tige et la semelle intérieure sont dotées d’aération afin de permettre à vos pieds de respirer. La sangle arrière assure quant à elle un bon maintien du pied. Ces sabots aux couleurs de l’été sont très faciles à entretenir, puisqu’ils sont lavables à l’eau savonneuse ou bien même à la machine à laver (programme froid, sans essorage). Sabots Sun Les sabots Happy pour les mini-aventuriers prêts à partir à la conquête du jardin ! Légers et rigolos, ils vous facilitent la vie et rendent les sorties en nature encore plus mémorables. Faciles à chausser et faciles à entretenir, les sabots Happy sont parfaits pour le retour des beaux jours. Ils sont disponibles du 22/23 au 34/35, en bleu et rose. Sabots Happy Il ne vous reste plus qu’à choisir la paire de sabots qui correspond le plus à vos activités extérieures…Et à sauter les deux pieds dans la nature !

Pourquoi et comment pailler mon jardin ?

Paille, fougères, écorces de pin, feuilles mortes, coques de cacao, tonte de gazon, sciures de conifères ou de bois blanc, éclats d’ardoise… Ces différents types de paillis sont considérés comme des protections végétales pour la terre de votre jardin ! Et puisque nous sommes au mois de mai, l’installation d’un paillage avant le début de l’été est de mise... Découvrons ensemble en quoi consiste cette méthode, quels sont ses avantages et comment procéder au jardin.

Qu’est-ce que c’est le paillage ?

Le paillage, que l’on appelle aussi “mulch”, est une couverture de sol réalisée pour le plus souvent à base de matières organiques mortes : feuilles, tonte de pelouse, paille… Il peut aussi être minéral comme le pouzzolane, les billes d’argiles ou l’ardoise. Cependant, ces formes de paillis ne sont pas biodégradables et possèdent une durée de vie infinie. Enfin, on peut aussi utiliser les paillis textiles, qui retiennent efficacement la terre dans une pente par exemple.
Le paillage permet donc de couvrir le sol et de protéger la vie qui s’y trouve de certains intempéries, comme les forts rayonnements du soleil ou bien la pluie par exemple. Le sol va alors progressivement décomposer le “mulch” végétal en nourriture pour les plantes.

Les avantages du paillage ?

1) Le paillage limite les arrosages. Il retient l’eau dans la terre durant de longues périodes de sécheresse. Peu, voir aucun arrosage n’est nécessaire. Le paillage conserve l’humidité du sol ce qui permet aux différents plantes de profiter d’une terre riche et en bonne santé !
2) C’est une alternative au désherbage chimique. Puisque le paillage a pour vertu de protéger le sol de la lumière, les plantes dites “adventices” (plantes indésirables) ne germent pas. Il évite donc le désherbage sans avoir recours aux herbicides…
3) Favoriser la vie de votre sol. L’écosystème présent dans le sol est bénéfique pour les plantes et permet aux insectes de s’y réfugier en hiver, ou tout simplement d’y vivre le reste de l’année. Toute cette vie qui se développe dans la terre va “ameublir” le sol.
4) Lutter contre la formation de croûtes de battance. Ce phénomène abîme et appauvrit les sols, à cause des fortes pluies.
5) Améliorer la structure de votre sol. En effet, lorsque le paillage ou “mulch” se décompose en humus, il enrichit votre sol et sa fertilité.
6) Il est aussi un réel avantage esthétique au jardin… Votre jardin est propre et uniformisé.

Comment réaliser mon paillage ?

Tout d’abord, si vous n’effectuez pas un paillage permanent, mais uniquement au printemps et à l’été, ne l’installez pas trop tôt… En effet, si l’on paille le sol de manière précoce, il risque de ne pas être suffisamment réchauffé. Nous vous conseillons d’attendre la première ou deuxième semaine de mai, et de vous lancer !
Choisissez votre paillage en fonction de vos végétaux et de la durée de protection recherchée. Par exemple, pour les fraises nous privilégions la paille à pailler au mois de mai.
Les étapes à suivre pour pailler votre sol :

  • -Première étape : Prenez le temps de désherber pour pailler un sol en bonne santé.
  • -Deuxième étape : Arrosez la terre avant de pailler.
  • -Troisième étape : Épandez le paillage en une couche assez épaisse. Comptez 2 à 3 cm pour les jeunes plants, puis rajoutez au fur et à mesure de leur développement. Pour les plantes suffisamment développées, comptez environ 7 cm de paillage. Puisque le paillage se décompose en humus, n’hésitez pas à rajouter du mulch tous les mois, en fonction de son évolution.
  • -Quatrième étape : Arrosez après avoir disposé votre paillis.
    Il est inutile de pailler par vent fort et si le sol est gelé.


    À vos bottes (identifier le lien vers les bottes), à vos gants (idem), prêts, paillez !

Zoom sur la glycine, à la floraison magique et odorante

Il est presque impossible de passer à côté d’elle sans la remarquer, ni même la sentir… La glycine est une plante aux fleurs violettes, roses ou blanches qui embellissent nos espaces verts, et laissent traîner une douce odeur de printemps ! C’est entre avril et juin qu’elle nous donne l’opportunité de profiter de ce beau spectacle, alors prenons le temps de la découvrir…

Qui est vraiment la glycine ?

La glycine est une plante grimpante issue de la famille des Fabacées, du genre Wisteria. C’est à partir du 19ème siècle que ces plantes grimpantes aux fleurs majestueuses apparaissent en France. Aujourd’hui, on compte une dizaine d’espèces de glycines, toutes originaires d’Asie et d’Amérique du Nord.
La glycine est fortement appréciée pour plusieurs raisons. Tout d’abord, parce que c’est une plante très rustique qui résiste aux températures allant jusqu’à -20 degrés. Elle s’adapte donc à toutes les régions françaises et demande seulement à profiter d’une exposition ensoleillée.
De plus, la glycine est une plante particulièrement généreuse en fleur… Elle offre des inflorescences en grappes qui pendent sur 30 ou 40 cm et qui forment alors des fleurs papilionacées de couleur violette, rose ou blanche. Ses feuilles atteignent jusqu’à 40 cm de long et arborent une forme de foliole ovale et pointue. Selon les espèces, la glycine ne fera pas la même taille...elle peut mesurer jusqu’à 30 mètres de haut. C’est une vraie plante ornementale pour habiller un mur, une pergola ou bien des grillages en offrant une parure de fleurs particulièrement odorantes.
Enfin, c’est aussi pour son parfum enivrant, puissant et floral, qu’il est très apprécié au jardin. La glycine sent d’ailleurs si bon que sa fragrance est utilisée dans la composition de nombreux parfums… Alors, ça donne envie d’en installer au jardin, n’est-ce-pas ?

Comment planter la glycine ?

Sachez que la glycine apprécie tous les sols, sauf les sols calcaires ! En règle générale, elle se plante à l’automne ou bien au printemps, lorsque les dernières gelées ont disparu.
Première étape : Prévoyez un support résistant sur lequel la plante pourra monter à sa guise, sans le tordre ou l’abîmer. Par exemple, si vous avez décidé de la faire courir sur un mur, fixez-y un fil de fer à une vingtaine de centimètres du mur afin que l’air circule correctement derrière les fleurs.
Deuxième étape : Creusez un trou faisant le double du diamètre du contenant de la plante. N’hésitez pas à y déposer une couche de sable pour drainer l’eau ainsi qu’une couche de compost du jardin.
Troisième étape : Vérifiez que la motte est suffisamment humide pour être mise sous terre. Si jamais elle vous paraît trop sèche, n’hésitez pas à la faire tremper quelques minutes dans l’eau.
Quatrième étape : Après avoir détaché la glycine de son conteneur, placez-la dans le trou creusé au préalable et plantez-la. Il vous suffit simplement de combler le trou avec de la terre et de tasser.
Cinquième étape : Afin que la plante soit correctement arrosée, optez pour l’aménagement d’une cuvette autour du pied et arrosez abondamment.
Sixième étape : Vous pouvez aider la glycine à se fixer sur le support que vous aurez choisi en palissant les rameaux existants.

Quels soins apporter à la glycine ?

La glycine est aussi appréciée des jardiniers pour sa facilité d’entretien… Elle ne demande pas beaucoup d’attention et s’adapte à toutes les régions. En temps normal, la glycine nécessite un arrosage modéré, 4 fois par mois lorsqu’il fait chaud. Mais en période de forte chaleur, n’hésitez pas à l’arroser tous les 5 jours pour qu’elle reste en bon état.
Et lorsque vous aurez l’occasion de flâner au jardin, arrêtez-vous sur votre glycine pour lui supprimer ses fleurs fanées…ses graines sont toxiques, il est donc bon de lui retirer.
Si vous souhaitez obtenir une floraison abondante et luxuriante, il est inutile d’amender votre terre… En effet, cela risque de développer le feuillage de la glycine au détriment de ses fleurs.
Pour terminer, votre glycine demande plusieurs petites tailles de saison durant l’année. Tout dépend du but recherché…

  • -Taille pour stimuler la floraison : en hiver, hors périodes de gel, prenez le temps de tailler les pousses latérales qui ont déjà été raccourcies en été, en laissant environ 10 cm de tige (équivalent de 2 yeux).
  • -Taille pour favoriser la multiplication des boutons : Au mois de mars, pour le retour des beaux jours, raccourcissez les nouvelles pousses ce qui permettra la multiplication des boutons floraux.
  • -Taille après la floraison : Pour contrôler l’expansion de la glycine, taillez à 5 ou 6 yeux.
  • -Taille en arbre : Si vous souhaitez transformer votre glycine en arbre, soyez patient car cela prendra quelques années…mais le résultat n’en sera que plus beau. Les premières années, laissez-donc les tiges vagabonder sur le sol. Lorsqu’elles sont suffisamment développées, enroulez-les toutes dans le même sens autour d’un piquet de 2m50, pour obtenir un tronc. Lorsque le tronc est monté, taillez les branches et détachez les feuilles qui se trouvent à la base. Puis, laissez la plante se développer… Il peut être nécessaire de couper 2 à 3 yeux pour éviter un affaissement.


    Que vous optiez pour une glycine de Chine, aux fleurs bleus-violettes ou blanches et au parfum intense, ou bien pour une glycine du Japon, aux coloris bleus-violets, roses, blancs ou mauves et au parfum léger, vous ne serez pas déçu… Ses généreuses grappes de fleurs odorantes sont inégalables.

Quel sont les différents types de semis ?

Le printemps s’est installé, le jardin se réveille de jour en jour et la terre de réchauffe...Voilà pourquoi dès le début du mois d’avril, en théorie, nous faisons nos semis...! Vous faites partie des retardataires ? Pas de panique, il est encore temps de s’y mettre.. Découvrons ensemble comment procéder et pour quel type de semis opter en fonction des légumes que vous aurez choisis ?

Les différents types de semis au printemps

« En avril ne te découvre pas d’un fil… » Et pourtant, c’est la grande période des semis au potager… Alors certes, le printemps est de retour mais il est important de rester vigilant vis-à-vis des températures, car dans certaines régions les nuits restent fraîches… Dès le début du mois d’avril vous avez la possibilité de faire vos semis en intérieur pour les plantes les plus frileuses, mais aussi en extérieur, car la terre se réchauffe. Et le type de semis dépend des légumes que vous souhaitez cultiver !

  • - Les semis en ligne : Cette forme de semis concerne surtout les légumes qui seront directement semés en terre, tels que les navets, les betteraves, radis ou carottes. Il est essentiel de préparer votre terre à l’aide d’une griffe et d’une grelinette, afin de ramasser tout ce qui pourrait épaissir la terre. A l’aide d’un cordeau, tirez un trait d’un bout à l’autre de votre futur rang de légumes, puis plantez deux piquets aux extrémités. Répétez l’opération autant de fois que vous souhaitez de ligne, à des distances suffisantes les unes des autres, pour ne pas empêcher le bon développement des légumes. Creusez chaque sillon, en les espaçant (référez-vous à l’emballage des graines), puis déposez les graines. Il vous suffit de reboucher le trou avec une fine couche de terre et d’arroser !
  • - Les semis en poquet : Cette méthode consiste à déposer plusieurs graines dans un même petit trou, en pleine terre. Au moment de la levée, on conservera uniquement la pousse la plus vigoureuse. Cette méthode de plantation s’applique aux grosses graines, comme celles des haricots.
  • - Les semis en terrine/en pots : Ces semis s’appliquent aux plantes qui seront repiquées en pleine terre. Les semis en pots se font donc à l’abri, avant l’arrivée des beaux jours, pour les plantes les plus frileuses. Si vous n’avez pas une serre à la maison, ne vous inquiétez pas ! Vos fenêtres feront largement l’affaire pour accueillir vos semis en pots. Il vous suffit de réutiliser un petit pot en le remplissant de terre et compost. Tassez, semez vos graines et recouvrez-le tout d’un peu de terre. C’est au moment de la levée qu’on pourra alors les repiquer en terre.
  • Petit conseil d’entretien pour ce type de semis... Les semis ne nécessitent pas un grand entretien. Une touche d’attention et d’arrosage feront l’affaire !Et puisqu’on parle d’arrosage, deux solutions s’offrent à nous pour arroser nos semis en pots :

    • - Trempez le fond du pot dans un bac rempli d’eau, et c’est lorsque la surface de la terre est humidifiée que vous pouvez le retirer.
    • - Arrosez vos pots très finement, à l’aide d’un pulvérisateur par exemple. Pour conserver cette humidité ambiante, n’hésitez pas à recouvrir vos semis d’un couvercle en plastique transparent, tout en laissant passer un peu d’air.
    • Les différents types de semis selon le légume choisi

      Les légumes à semer en ligne : laitues, choux, Les radis, la carotte, les poireaux, les navets, les pois, les brocolis, épinards aussi… Attention : pour les épinards, dépêchez-vous de les planter avant qu’il fasse trop chaud et trop sec, car vous ne pourrez pas récolter de feuilles…
      Les légumes à semer en poquet : ce sont toutes les grosses graines qui prennent de la place lorsqu’elles se mettent à pousser. On privilégiera donc les haricots, les petits pois, le maïs, les fèves et les cucurbitacées (citrouilles, potirons, etc…)
      Les légumes à semer en pots : Les poireaux, choux fleurs, aubergines, céleris branches, cornichons, melons, tomates, concombres… Tous ces légumes sont particulièrement frileux et doivent donc être semés en intérieur.. Leur place se trouve sur une fenêtre en intérieur, devant une baie vitrée, ou en serre à prendre le soleil, en attendant le passage des Saintes Glaces. En effet, fin-mai, après les dernières gelées, les semis en pots pourront être repiqués en extérieur !


      La période est encore propice à la plantation des semis, alors lancez-vous à l’occasion du long week-end de Pâques ! Et un peu de patience, d’ici quelques plusieurs semaines vous pourrez débuter la récolte des fruits de votre travail…

Quel équipement adapté pour tailler les plantes avec épines ?

Les plantes épineuses sont appréciées pour leurs multiples fonctions… Haies pour le plaisir des sens, plantes décoratives pour leurs douces fleurs, arbustes utiles aux animaux ou structurant simplement le jardin… Alors, comment s’équiper pour en prendre soin ? Découvrez notre sélection Blackfox pour vous protéger des épineux.

Le roncier

Les ronces se sont installées dans votre jardin ? D’un côté détestées car parfois envahissantes… Mais de l’autre, adorées pour la douceur de leurs fruits, leurs bienfaits médicinaux ou bien leurs rôles écologiques…Les ronces peuvent se dompter ! Leurs épines aiguisées ne donnent certainement pas envie de les affronter, mais entretien du jardin oblige ! Alors, comment s’équiper pour tailler vos ronces ? Les gants Roncier, dédiés spécialement à cette utilisation sont la solution pour ne plus avoir peur des épines ! Fabriqués à partir de latex épais et crêpé, ces gants de jardin sont idéals pour travailler les gros épineux, et plus particulièrement les ronces, tout en protégeant vos mains et vos poignets. La doublure en coton vous apporte un confort supplémentaire. Les gants Roncier sont mixtes, disponibles en taille 7, 8 et 9. Bien évidemment, les gants ne suffiront pas à face à aux ronces. Pour vous protéger entièrement, il est conseillé de porter un jean, ainsi qu’un vêtement épais à manche longue. Nous préconisons aussi le port de lunettes afin d’éviter tout contact avec vos yeux.

Gants Roncier

Le rosier

À la fin de l’hiver, les rosiers réclament un petit rafraîchissement… Une taille avant l’arrivée des beaux jours s’imposent ! Mais quel équipement adéquat doit-on enfiler pour ne pas se blesser lors de la taille de nos rosiers ? Les gants de jardin spécial rosier sont parfaitement adaptés à cette utilisation. Fabriqués avec un revêtement en latex ultra-épais, anti-épines et anti-perforation, ces gants vous laissent la possibilité d’attraper la tige des roses comme vous le souhaitez. Disponibles en taille 7, 8 et 9, de couleur vert clair, anis et violette.

Gants Aubépine

L’aubépine

Cognassier du Japon, framboisiers, genêt épineux, houx… Il existe des petits épineux pour tous les goûts et toutes les couleurs... Malgré leur robustesse, ces petits épineux méritent un soin en termes de tailles… En effet, chaque année, prenez le soin de les rabattre pour qu’ils conservent un port compact et se ramifient avec le temps ! Alors pour préserver ces plantes rustiques aux multiples avantages, enfilez un équipement adapté, vous protégeant des griffures. Blackfox a créé, spécialement pour l’entretien des épineux, la paire de gants Aubépine. Composés de latex sur la paume et les doigts, ces gants de jardin vous évitent coupures et échardes ! Loin du cliché des gants épais et désagréable à porter, les gants Aubépine sont fins et ajusté, vous permettant alors d’effectuer des gestes précis et minutieux… Disponibles en taille 7, 8 et 9, de couleur rose ou verte.

Gants Rosier

Chaussez des bottes de jardinage résistantes aux épines

Lorsque vous travailler les épineux, il est important d’être vigilant pour ne pas vous blesser et cela passe donc par un équipement complet… Préférez porter un haut à manche longue qui vous protège des griffures, ainsi qu’un jean épais pour pouvoir vous faufiler entre les plantes épineuses. Les chaussures adéquates sont aussi indispensables ! Vous connaissez la botte Kampagna ? En matière PVC, ce modèle vous conférera souplesse et robustesse. Son grand avantage réside dans sa très grande résistance à l’abrasion et au déchirement. Grâce à ses semelles cramponnées et antidérapantes, vous pouvez prendre de soin de vos épineux sans vous soucier de chuter ou vous faire mal !


Choisissez l’équipement correspondant le mieux aux plantes épineuses de votre jardin, pour aborder sereinement leur entretien !

Qu’est–ce que la permaculture ?

La permaculture s’inscrit dans une tendance du mieux-vivre et du mieux manger… Est-ce une lubie de société ou bien un réel modèle de changement à adopter dès que possible ? Découvrons ensemble la permaculture, ses avantages et comment la mettre en place au potager…

La permaculture, qu’est-ce que c’est ?

Depuis des millions d’années, la nature s’est cultivée de manière harmonieuse. Mais les choses ont changé rapidement lorsque l’homme a pris la décision de mettre en place ses propres techniques d’agriculture, modifiant alors le paysage naturel et sa culture autonome. C’est ce problème d’agriculture et de traitement de la terre qui pousse à trouver une nouvelle forme de culture, viable et durable. La permaculture, née en Australie dans les années 70, grâce à Bill Molisson et David Holmgren, a pour objectif de s’inspirer de la nature. Quoi de plus simple et naturel ? S’inspirer du fonctionnement des écosystèmes naturels pour créer des installations humaines, sous toutes les formes possibles, tels que les fermes ou les jardins par exemple. Si l’on s’intéresse de plus près à l’étymologie du mot « permaculture » on découvre que le terme signifie « agriculture permanente ».
Qui dit éco-système naturel dit très peu de déchets, voir aucun, ainsi qu’une limitation de l’utilisation des énergies fossiles. L’objectif de la permaculture est d’être autosuffisant et par ailleurs de prendre en compte la biodiversité des ecosystèmes naturels, en utilisant des plantes et animaux complémentaires pour recréer les échanges et les connexions qui existent entre les différents éléments d’un système naturel. S’inscrire dans une démarche de permaculture c’est donc souhaiter habiter la planète durablement.

Quels avantages ?

La permaculture c’est donc l’art de prendre soin de la terre et de la rendre plus cultivable. Les avantages d’une telle démarche sont très facilement identifiables….
L’avantage premier est l’apport naturel et organique qui est fait au sol. En effet, la permaculture suppose d’enrichir le sol avec des feuilles mortes, du compost, des fougères, du fumier, etc… Avec l’agriculture permanente on prend donc soin de la terre, des sols, de l’eau, des plantes et des animaux… Toutes les formes de vies sont importantes et sont valorisées. Les ressources de la planète sont protégées.
Le second avantage de la permaculture réside dans l’éthique de sa démarche. En effet, l’état d’esprit de cette démarche responsable prône le fait que tout humain doit avoir accès aux ressources nécessaires à la vie. Le jardinier qui utilise la culture permanente devient un porte-parole pour l’environnement et s’inscrit dans une démarche de développement durable.
Le troisième grand avantage de la permaculture, dont vous êtes les premiers à profiter, vous et votre entourage, sont vos récoltes. Le fait de ne pas utiliser de biocides naturels, d’engrais ou bien de désherbants rendent les légumes excellents… Jardiner bio, avec la lune, tout en recyclant les déchets naturels sont les piliers de la permaculture et permettent de créer un nouveau rapport avec la nature.
Tous ces avantages vous donnent l’occasion de privilégier votre bien-être et de renouer vos liens avec la nature. Rien de mieux pour prendre du recul sur votre quotidien trépident, réduire le stress et passer du temps avec votre famille, vos enfants…

Mon potager en permaculture ?

Bonne nouvelle, la culture permanente est à portée de mains… En effet, votre jardin est l’endroit le plus accessible pour vous initier à cette pratique responsable en produisant des fruits et légumes responsables, issus d’un environnement sain et auto-suffisant. Alors en avant toute !
Sachez que la permaculture ne s’improvise pas et vous demande de suivre quelques étapes avant de vous lancer…

  • - Observer et analyser votre jardin pour comprendre quel est son fonctionnement naturel : le climat général, le cycle de l’eau, le cycle solaire, les vents, les différents types de sols de votre terrain…
  • - Délimitez des zones d’activités de votre jardin, pour trouver la meilleure place à votre potager ! On privilégiera une place proche de votre habitation pour cultiver les légumes et installer une serre. A l’inverse, le fond de votre jardin, loin de votre maison, est un endroit où l’activité de l’homme doit être presque inexistante.
  • - Ecouter la nature et se fier à elle, c’est aussi sélectionner des plantes et légumes de votre région. Ils ne demanderont pas d’efforts pour pousser correctement… D’ailleurs, beaucoup se marient très bien ensemble,c’est à valoriser !
  • - Prenez en compte la faune et la flore de votre région pour le bon développement de vos fruits et légumes… Ils agiront sur vos cultures de manière bénéfique !
  • - Préparez le sol de votre jardin en l’aérant à l’aide d’une biogriffe. Puis, prenez le soin de surélevés une partie de votre jardin, en formes de buttes ou de tas de 50 cm de hauteur, afin de ne pas épuiser les éléments nutritifs naturels de votre terre.
  • - Créez votre début d’écosystème avec une « butte de permaculture » : Il vous suffit de créer un trou de 30cm de profondeur dans le sol et de le remplir de déchets végétaux verts mélangés à du compost mûre… Recouvrez le tout avec la terre de jardin retirée et arrosez le tout.

  • D’autres astuces à ne pas négliger :

    • - Ne laissez jamais votre sol nu...Utilisez du paillage, qu’on appelle aussi du “Mulch” pour conserver l’humidité de votre sol. Le mulch peut être minéral, issu de végétaux ou bien de matière animale.
    • - Prenez le soin de récupérer et faire circuler l’eau dans votre jardin ! En effet, l’eau permet l’hydratation de vos plantes mais attire aussi la faune...recréant alors un écosytème naturel. L’eau de pluie est chargé d’éléments nutritifs...un apport essentiel pour votre jardin.
    • - Faites votre compost vous-même, si ce n’est pas déjà le cas… L’un des principes de la permaculture est aussi que rien ne doit jamais être perdu !
    • Sachez que la culture sur butte n‘est pas une obligation mais plutôt un signe distinctif de la permaculture. C’est un travail qui demande des efforts et du travail mais qui n’est pas indispensable au développement d’une culture responsable autour d’un écosystème. Selon vos envies, vous pouvez donc choisir de créer des buttes ou non…


      Combien se sont dit au moins une fois : « Cette année, je démarre un potager ! » ? C’est le moment d’oser et d’opter pour une nouvelle forme de culture... Bien chaussé (identifier les bottes de jardinage), bien outillé (identifier les gants), plus rien ne peut vous arrêter. Et même si les débuts sont modestes, le plaisir que vous prendrez à déguster vos premières cueillettes vaudra tout l’or du monde.

Comment planter et entretenir de la vigne au jardin ?

Une envie de renouveau au jardin ? Planter un plant de vigne vous a toujours donné envie ? On rêve tous de récolter de belles grappes de raisins bien mûres au jardin… Ce plaisir naturel n’est pas si compliqué à obtenir ! Découvrons ensemble les variétés existantes et les bons gestes à prodiguer pour en profiter une fois la saison venue.

Quelle variété de vigne planter ?

La vigne est une plante qui s’adapte à tous les types de sols et à toutes les régions, par temps tempéré. La plupart des différents cépages se plaisent donc partout… Cependant, un élément est indispensable au bon développement de la vigne : le soleil ! Conservez-lui une place au chaud, ensoleillée… Une exposition plein sud, ou sud-est seront parfaites. Si vos hivers sont rudes, tenez compte du climat plus difficile et optez pour un cépage qui produit ses fruits de manière précoce. Cette variété de vigne ne nécessite pas d’un hiver trop long pour produire des raisins. On privilégiera un plant de vigne « Dattier de Beyrouth » ou bien « Muscat d’Alexandrie » si vous vivez dans le midi, là où les hivers sont doux et les étés sont longs et chaud ! Si vous habitez ailleurs en France, vous pouvez planter un plan de vigne « Perdin » qui s’acclimate parfaitement au temps de montagne, ou bien un plant de vigne « Perlette »…Ses raisins sont parfaits pour être séchés.
Le saviez-vous ? La vigne est auto fertile, ce qui signifie qu’elle est capable de s’autoféconder à l’aide du pollen et de ses propres fleurs. En conséquence, vous pouvez planter un seul plan de vigne au jardin pour voir apparaître des raisins en période estivale…

Quand et comment planter la vigne ?

On plante la vigne lorsqu’elle est en repos végétatif, c’est-à-dire à la fin de l’automne ou bien au début du printemps ! Prenez le soin d’éviter les périodes de gel pour qu’elles ne soient pas affaiblies…
Découvrons ensemble les différentes étapes de plantation de la vigne au jardin :

  • - Choisissez un emplacement ensoleillé pour le bien-être de votre plan de vigne. Nettoyez-le en supprimant les mauvaises herbes.
  • - Creusez un trou d’une trentaine de centimètres afin d’accueillir la motte ou les racines du pied de vigne correctement.
  • - Recouvrez le plan de vigne avec la terre extraite, auquel vous mélangez du compost.
  • - Placez un tuteur sur lequel vous y attacherez votre vigne, sans trop la serrer !

  • Vous souhaitez planter la vigne en pot ? C’est possible, mais cela vous demandera un peu plus de travail et d’attention. Il vous faudra un pot suffisamment grand pour accueillir au moins 10 cm de terre sous les racines afin qu’elles s’enfoncent dans le substrat, et 10 cm de terre au-dessus. Suivez les mêmes étapes de plantation, mais arrosez la plus régulièrement. De plus, tous les ans, n’hésitez pas à renouveler un tiers de la terre du pot.

    Les gestes d’entretien de la vigne

    Taillez la vigne pour la conserver
    On considère la taille de la vigne comme une étape cruciale pour le développement de magnifiques grappes de raisins. Il est bon d’opérer deux tailles : l’une à la fin de l’hiver (février/mars) et une autre en été, lorsque les raisins poussent. Cette dernière est appelée « taille de fructification ». La taille que vous apporterez à votre vigne à la fin de l’hiver consiste à préparer la plante à la floraison. Vous éliminez donc le bois mort et les tiges qui poussent à la base du vieux bois. Regardez de plus près les tiges qui ont poussé durant l’année passée : - Prenez le soin de couper les tiges en leur laissant au moins 3 bourgeons par tige. Ces tiges sont particulièrement fertiles et donneront le raisin tant attendu ! - Attention : ne coupez pas toute la tige, car vous vous priverez alors de belles grappes de raisins… Au mois de mai et juin, coupez à l’aide d’un sécateur les pousses trop nombreuses, faisant plus de 15cm de long. En juin, avec l’arrivée de l’été, éclaircissez les grains au centre des grappes. Au cours de la floraison, en été, arrosez deux à trois fois par semaine le(s) plan(s) de vigne(s).


    Sur un petit lopin de terre, dans un beau pot décoré ou bien dans un champ… La vigne s’adapte à votre terre et vous promet des instants gustatifs très agréables !

Quelles paires chausser pour profiter du printemps ?

Le printemps est enfin de retour et on ne sait pas vous, mais nous ça nous met en joie ! Qui dit printemps, dit retour au jardin… Et l’odeur des fleurs vous appellent pour profiter de la nature comme il se doit. Mais quelles paires chausser pour sauter les deux pieds dans la nature, tout en étant à l’aise et tendance ? Blackfox a donc réalisé une sélection des incontournables du printemps !

Pour une balade au vert, même sous la pluie

Les giboulées de mars et le temps capricieux du mois d’avril sont bien connus… Mais cela ne nous empêche pas de profiter de la nature ! Que ce soit votre carré de jardin ou un chemin de traverse, chaque coin de nature devient un terrain de jeu et de découverte, pour les petits comme les grands… La nouvelle gamme Happy est adaptée à toute la famille. Légères et souples, les bottes Happy sont recyclables, sans phtalate et sans chlore. Doublée polyester, cette botte de jardin pour enfants, femmes et hommes est en caoutchouc synthétique. Bottes happy enfants

Les bottes Happy enfants existent en rose ou bleu et comportent un patch relief rigolo de renard ou de chouette. Elles sont disponibles du 23/24 au 33/34. Ce modèle adulte existe en rose et bleu marine du 35/36 au 41/42 et en taupe jusqu’au 46.

Bottes happy adultes

Pour jardiner bien outillé

Tendance et totalement imperméable, la demi-botte Chestermen pour homme est en PVC brossé, pour un aspect cuir bluffant ! Pour les entretenir, il vous suffit de les nettoyer à l’eau savonneuse. D’ailleurs, les bottes de jardin en PVC sont également adaptées aux utilisations intensives. Très résistantes à l’abrasion et aux déchirures, les bottes en PVC sont bien plus rigides que celles en caoutchouc naturel. La bride en cuir à l'arrière de la demi-botte Chestermen apporte une touche d'élégance et de sobriété... Doublée coton, elle dispose d'une semelle extérieure crantée pour une meilleure adhérence. Elle est disponible du 41 au 46.

Bottes Chestermen

Pour arborer un style « nature chic » au jardin comme à la ville

Passer du temps au jardin… Arroser, désherber, planter, sentir, cueillir… Afin de trouver calme et sérénité… Rien de mieux pour se ressourcer… Le modèle Chester aux pieds, en avant toute pour une session jardinage !
Mais, se chausser pour aller au jardin ou dans la nature ne vous empêche pas d’avoir un style qui vous ressemble ! Nature et chic, les bottillons et demi-bottes Chester sont composées de PVC brossé à l’aspect daim. Son petit plus ? Sa bride en cuir élégante. En bottines ou bien demi-bottes, les Chester sont faciles à enfiler ainsi qu’à déchausser.

Bottillons et bottines Chester femmes

Pour les petits allers et retours du jardin

Avez-vous déjà rêvé de profiter de votre extérieur tout en confort et en légèreté ? Et avec les sabots Mellow c’est possible ! Ce nouveau sabot de la collection printemps-été 2019 associe style et confort. Composé en EVA, ce modèle de sabot avec un petit rebord au talon permet d’effectuer des allers et retours au jardin en étant parfaitement confortable. Sa semelle à mémoire de forme y est pour beaucoup ! Elle épouse parfaitement les formes de vos pieds privilégiant votre confort.
Entre couleur chatoyante et bien-être, ce sabot jardin pour femme, en rose et violet, et pour homme, en kaki, promet de doux instants au jardin ! Disponible du 37 au 42 en rose et fushia, et du 37 au 47 en kaki.

Sabots Mellow

Bien s’équiper pour profiter de la nature et jardiner en toute sérénité, c’est important ! Cette sélection Blackfox vous donnera l’occasion d’explorer les territoires inconnus et de partager des plaisirs simples en famille… Si vous souhaitez essayer un produit de cette sélection des incontournables du printemps, cliquez ici pour trouver le revendeur Blackfox le plus proche de chez vous.

Mon geste éco-responsable du mois : j’apporte un engrais de fond au potager

Le mois de mars est le grand départ au jardin ! En effet, malgré les dernières gelées et les giboulées, votre jardin reprend vie grâce au doux retour du printemps. Certaines fleurs éclosent, les arbres bourgeonnent…C’est donc le début d’une grande saison de jardinage ! Taille des arbustes, taille des rosiers, bêchage et nettoyage des massifs, rénovation de votre pelouse, plantation de certains arbustes en conteneur… Bref, il y a de quoi s'occuper ! Et au potager, ça s’active aussi ! Alors, découvrons ensemble les débuts des semis au potager et comment nourrir votre sol avec un apport d’amendement organique.

Le mois de mars au potager

Le mois de mars est synonyme de la grande reprise du potager. On retrousse nos manches, on enfile nos bottes de jardin, nos gants de plantation et à nous le début des semis ! Qu’ils soient en intérieur sous des lumières chauffantes (aubergine, melon, piment, poivron…) ou bien sans chauffage (aneth, artichaut, basilic, choux de bruxelles, concombre…), mais aussi en pleine terre protégés par une serre (betterave, épinard, ciboulette, persil, cerfeuil, carotte…), les premiers semis vont vous occuper ! Voici à disposition un calendrier des semis, en fonction de leurs besoins et de la période de l’année. Cliquez et découvrez!
Cependant, avant de planter vos semis en terre lorsque le soleil sera de retour, il est essentiel d’enrichir votre terre !

Opter pour l’amendement organique

Mais qu’est-ce que l’amendement organique ? En réalité, c’est un produit issu du compostage des déchets organiques (déchets alimentaires, déchets verts, etc). Ce résidu est riche en humus, ce qui favorise et améliore les propriétés de votre sol. L’amendement organique va donc stabiliser et aérer votre sol. De plus, il va fertiliser et enrichir le sol en oligo-éléments. Cette substance naturelle renforcera donc la résistance des plantes. Bon, vous l’aurez compris, ce n’est que du positif pour votre sol, et surtout celui du potager ! On considère le fumier, le compost ou bien les terreaux biologiques comme des amendements organiques qui apporteront un traitement de fond à votre sol, sur une durée d’environ 100 jours.

Les amendements possibles

  • Le terreau de feuilles : constitué de feuilles tombées au sol, cette substance doit pourrir dans un récipient sur une durée de 2 ans minimum.
  • Le compost de jardin : vous pouvez y ajouter pratiquement tous les déchets organiques possibles : épluchures de fruits et légumes, déchets de jardin, reste de repas (sauf déchet animal), marc de café et autres déchets organiques…
  • Le lombricompost : cette substance au nom qui interpelle est à faire soi-même ! En effet, mettez-y toutes les épluchures de fruits et légumes, les coquilles d’œufs, le marc de café et des lombrics. Oui oui, des lombrics, vous ne rêvez pas ! Ils vont alors décomposer la matière organique. N’hésitez pas à mélanger le lombricompost avec du compost de jardin.
  • Le fumier biologique d’animaux : cette substance est issue des excréments des animaux de la ferme. On considère plus précisément l’urine comme une source nutritive, chargée en azote et en potassium. Attention ! Le fumier est très fertile, prenez donc le soin de l’utiliser en petite quantité… Privilégiez le fumier issu de l’agriculture biologique afin de respecter la terre et les nappes phréatiques.

  • Un sol riche et vivant c’est l’assurance de voir naître des légumes délicieux tout au long de la période estivale. Penser à l’amendement c’est penser à la structure de votre sol, à sa qualité, pour la préserver sur le long terme… Un geste que votre jardin vous rendra en laissant la place à de magnifiques végétaux…