Archives pour la catégorie blog

Retour au jardin potager après un hiver rigoureux

Vous sentez ce petit air printanier ? Les iris et cerisiers se mettent à fleurir, les arbres reprennent de la vigueur et les bourgeons pointent le bout de leur nez… Le printemps sera bientôt parmi nous... Alors, retour au jardin potager avec le renard noir pour découvrir les temps forts et gestes à avoir après un hiver rigoureux. 

Le nettoyage du jardin 

Tempêtes, vents, pluie, gel, et même neige… L’hiver et ses intempéries sont passés par le jardin laissant, parfois, quelques traces. Le sol autour des plantes a pu se soulever, le feuillage et les racines peuvent être atteints par le froid, des branches ont pu se casser ou fortement se fragiliser… En bref, un nettoyage de printemps s’impose !

Le renard nous partage donc quelques bonnes astuces… À vos calepins : 

  • Si le gel est passé par votre jardin et semble avoir abîmé quelques plantes, pas de panique ! Les tailler sans arracher leur racine peut être bénéfique… Elles peuvent repartir au printemps. 
  • Concernant les arbres et arbustes qui ont pu souffrir du vent, il est conseillé de supprimer les branches mortes et abîmées, ainsi que celles qui s’entrecroisent. 
  • Direction le potager pour bêcher et désherber… la terre sera alors prête à accueillir les semis du printemps
  • Vos outils ont aussi besoin d’un petit coup de nettoyage ! On vérifie leur état, on répare ceux qui en ont besoin avant de les utiliser quotidiennement au retour du printemps… Vous pouvez d’ailleurs retrouver les différentes étapes de nettoyage d’un sécateur sur le blog du renard noir
  • Vous avez un bassin d’ornement ? l’hiver a pu ramollir des plantes aquatiques… on privilégiera le fait de les supprimer… il en va de même pour les feuilles tombées dans l’eau. 

Vous pouvez aussi consulter les conseils du renard noir sur les travaux de février au jardin d’ornement 

La taille des arbres fruitiers, des rosiers et de la vigne 

Le printemps s’apparente au début des floraisons… Les arbres et arbustes sortent de leur repos végétatif pour s’épanouir…Les tailler à la fin de l’hiver est un moyen de leur redonner de la vitalité ! 

  • Si vous faites partie des adeptes de rosiers au jardin, alors ces conseils sont pour vous… Les rosiers buissons ont besoin d’une taille de 15 à 20 cm de distance du point de greffe afin de favoriser le développement des jeunes pousses. En ce qui concerne les rosiers grimpants remontants, vous pouvez tout à fait conserver les branches principales et rabattre les pousses latérales à 6 yeux. 
  • La vigne a été en repos tout l’hiver… Une petite taille de nettoyage permettra de ralentir le vieillissement de la souche et favorisera le développement de rameaux dit fructifères. 
  • Les arbres fruitiers à pépins (pommier et poirier) ont la côte au jardin… Une taille douce à la fin de l’hiver est nécessaire pour une bonne fructification au printemps. 

Commençons par l’éclaircissement, qui suppose le nettoyage de l’arbre en question en supprimant les branches mortes qui s’entrecroisent et le bois détérioré. Et profitons-en pour détacher les fruits momifiés. 

Si vous prenez le temps d’observer votre arbre fruitier, vous verrez que certaines branches pointent vers le bas… Il est préférable de les tailler, car elles ne seront plus vraiment aptes à faire des fruits.

Sachez que pour la taille des pommiers et poiriers, on privilégiera la première quinzaine de février. 

Les travaux de préparation au jardin-potager

À la fin de l’hiver, la terre se réchauffe… C’est donc le moment propice pour préparer notre futur jardin ! 

  • Une fois le potager désherbé, il est conseillé de lui apporter des amendements naturels afin d’enrichir la structure de sa terre...Suivez pas à pas la fabrication d’un engrais de fond au potager..
  • Les bulbes d’été, tels que les dahlias ou bégonias peuvent être commencés.. Une fois achetés, ils trouveront leur place dans des caissettes remplies de sables ou de terre fine. Placés en pleine lumière et à la chaleur, ils prendront le temps de se développer. Pour stimuler le départ de la végétation, le renard noir conseille la vaporisation d’un substrat 

L’aménagement du jardin

Et puisque l’hiver pointe le bout de son nez, on commence déjà à rêver du jardin idéal dont nous pourrons profiter tout l’été… C’est le moment propice  pour réfléchir à un nouvel aménagement : 

  • Si vous avez toujours rêvé d’un bassin au jardin, la période tombe à pic ! Choix du lieu, mise en eau, équilibrage et introduction des plantes aquatiques…c’est un réel projet au jardin, qui développera son écosystème et lui apportera une biodiversité. Le bassin peut être de différentes matières… Argile, béton, PVC… Cet article vous aidera à installer au mieux un bassin au jardin. 
  • Et si on concevait notre potager ? Cela fait longtemps que vous y pensez… Alors, lancez-vous ! Calcul de l’espace nécessaire, sélection des fruits et légumes adéquats, sélection d’un modèle de rotation des cultures , installation des bordures, défrichement et préparation du sol…

La trouvaille du renard noir : cette vidéo explicative pour donnera toutes le clés pour débuter un potager en permaculture.

Le printemps annonce du remue-ménage au jardin… Et on adore ça ! Pour suivre pas à pas les différentes étapes et travaux à effectuer, le renard noir met à votre disposition un calendrier des bons gestes au jardin pour le retour du printemps… À vos bottes, gants et outils… C’est parti ! 



Réalisez vos propres tisanes pour se rebooster durant l’hiver !

Qu’est-ce qu’on attend pour se faire plaisir en réalisant ses propres tisanes ? Détoxifier l’organisme, réduire le stress et la fatigue, booster les défenses immunitaires... Les propriétés des tisanes sont variées et très appréciées en plein cœur de l’hiver… De quoi se rebooster et repartir de plus belle au retour des beaux jours ! Le renard noir vous partage 3 recettes à faire chez soi et à déguster sans modération…

Première recette : la tisane de l’hiver pour lutter contre la fatigue 

Cette tisane est adaptée aux petits « coups de mou »… Si vous vous sentez plus faible, votre gorge vous gratte légèrement et vous avez l’impression de déclencher un début de rhume… Pas de panique ! La tisane de l’hiver est une bonne solution naturelle pour lutter contre un état de fatigue passager.

Il vous faut :

-          15 grammes de feuilles de sarriette

-          15 grammes de feuilles de menthe poivrée

-          20 grammes de feuilles de thym citronné

-          15 grammes de feuilles de romarin

-          15 grammes de feuilles de sauges

-          15 grammes d’écorce de cannelle légèrement écrasée

-          5 grammes de clous de girofle, là aussi, légèrement écrasés

1ère étape : mélangez tous ces ingrédients dans un récipient adapté

2ème étape : pour déguster une tasse de tisane, prendre une grosse cuillerée à soupe de ce mélange

3ème étape : la faire bouillir dans de 250ml d’eau, durant 1 minute.

4ème étape : laisser infuser durant 3 minutes, puis filtrer.

Il ne vous reste plus qu’à vous servir une tasse et à déguster !

Les conseils du renard noir : la tisane de l’hiver peut être dégustée sous la forme de 2 à 4 tasses dans la journée et entre les repas.

Seconde recette : la tisane aux propriétés anti-stress

On le sait, certaines plantes ont des bienfaits sur notre moral et notre corps… Découvrez alors une recette de tisane qui favorise la détente. Diminution du stress, des tensions intérieures ou encore des spasms digestifs, sans altérer nos capacités cérébrales… Autrement dit, vous ne tomberez pas de sommeil en buvant la tisane anti-stress et vous vous sentirez bien ! Vous pouvez donc tout à fait vous accorder une tasse au bureau…

Il vous faut :

-          20 grammes de sommités fleuries d’aubépine

-          20 grammes de racines d’éleuthérocoque

-          30 grammes de racines d’angélique

-          30 grammes de feuilles d’olivier

-          30 grammes de feuilles de romarin

1ère étape : Verser une cuillerée à soupe du mélange ci-dessous dans 150 ml d’eau froide.

2ème étape : Faire bouillir le tout 2 à 3 minutes

3ème étape : Laisser infuser 10 minutes puis filtrer.

Les conseils du renard noir : on se fait plaisir avec cette tisane en dégustant 2 à 4 tasses par jour, dont une vers 17h00.

Troisième recette : la tisane détox

L’hiver est souvent synonyme de repas consistant, de grande tablée et de moments de convivialité… Noël, l’épiphanie ou encore la chandeleur… Que de moments gourmands ! La tisane est une douce alternative pour mincir et détoxifier l’organisme, et plus particulièrement les reins et le système digestif. Ça vous tente ?

Il vous faut :

-          25 grammes de racines de pissenlit

-          25 grammes de feuilles de romarin

-          30 grammes de seconde écorce d’aubier de tilleul

-          25 grammes de feuilles de cassis

1ère étape : Une fois le mélange effectué, verser 4 cuillerées dans 1 litre d’eau froide.

2ème étape : Faire bouillir le tout 3 à 4 minutes

3ème étape : Laisser infuser pendant 10 à 15 minutes

4ème étape : ajouter une cuillère à café de jus de citron du jardin et filtrer…

Comment la consommer ? Pour que cette tisane détox ait un impact sur votre organisme, il est conseillé de la boire tout au long de la journée, en dehors des repas, sur une durée de 3 semaines.

Les différents ingrédients composants ces recettes de tisanes peuvent se trouver en magasins diététiques, dans des herboristeries physiques ou bien en ligne ou encore dans certaines pharmacies… Si vous avez un jardin bien garnit et que vous vous y connaissez en botanique, l’idéal est de récolter un maximum des plantes chez vous… 

Le jardin en hiver

Le jardin s’entretient toute l’année, y compris en hiver afin d’en profiter de plus belle dès le retour du printemps ! D’ailleurs, il vous reste encore du temps pour préparer votre jardin à d’éventuelles vagues de froid ! Alors, que faire dans le jardin et au potager en hiver ? Le renard noir vous partage quelques astuces et bons gestes à avoir.

Débarrasser son extérieur

Lorsque le froid s’installe, il est préférable de bien débarrasser le jardin... Rentrer les outils de jardinage et certaines plantes en pots afin que ces dernières ne souffrent pas du froid… Il en va de même avec le mobilier de jardin en matériaux qui risque de subir les conséquences de l’hiver, tel que le bois ou le plastique. Si vous n’avez pas d’abri, il est toujours possible de bâcher les différents éléments du salon de jardin. Enfin, si les enfants disposent de jeux, comme un trampoline par exemple, il est conseillé de les protéger ou encore de les démonter… En effet, de la rouille risque de s’y installer. Enfin, les piscines doivent être bâchées et les pompes retirées des bassins.

Faire un bon nettoyage

Une fois l’extérieur débarrassé, passons à l’étape du nettoyage. Bien sûr, cela concerne dans un premier temps tout ce qui doit être stocké à l’abri, comme le barbecue par exemple. Dans le jardin, les feuilles mortes sont à ramasser, les branches mortes sont à couper, les bulbes et les plantes fanées à enlever.

En hiver, n’hésitez pas à procéder à quelques tailles. Les végétaux concernés sont les arbres à pépins, les vignes et les saules pleureurs... L’hiver est également une période propice à l’élagage des arbres et arbustes, puisque l’arbre étant au repos végétatif, la sève redescend. Ainsi vous avez la garantie de retrouver au printemps un jardin en pleine santé.

Protéger les plantes

Le gel, le froid, les pluies et la grêle peuvent faire des dégâts sur vos plantes d’extérieur. Pour préserver ses végétaux, vous pouvez tout à fait retourner un pot en terre cuite sur les plantes qui ont été taillées à ras. Le paillage des plantes les plus fragiles, c’est-à-dire celles qui apprécient les climats tempérés voire méditerranéens, est aussi à prévoir. En supplément, un voile d’hivernage est apprécié lors des gelées, cf article du blog. 

Entretenir le potager

En hiver, c’est sans doute dans le potager qu’il y a le plus de travail. En effet, il faut penser à placer un voile d’hivernage pour éviter que les gelées ne détruisent toutes vos plantations. Il est également recommandé d’installer une serre qui conservera la chaleur et l’humidité. Si tel est votre choix, pensez à ouvrir la serre une heure par jour pour changer l’air et assurer le bon développement des végétaux.

Continuer à profiter de ses extérieurs

Même à la saison froide, le jardin est exploitable ! Un rayon de soleil ? Chaussez vos bottes (identifier produit) ou vos sabots fourrés (identifier produit) et faites le tour de vos extérieurs pour vous assurer que les végétaux vont bien. Vous pouvez aussi nourrir les oiseaux en accrochant des boules de graisses ou encore poser des nichoirs. Un tuto se trouve dans un article du blog. Enfin, rien ne vous empêche de prendre le déjeuner ou le goûter dehors, bien emmitouflé, c’est toujours un plaisir d’être en nature !

Il est d’ores et déjà possible de penser aux végétaux que vous souhaitez planter au printemps, aux outils à remplacer ou encore aux aménagements à prévoir pour l’été… Laissez libre court à votre imagination ! 

S’accorder du temps pour profiter de la nature, même sous la pluie !

Lorsqu’il pleut, nous avons tendance à vouloir nous protéger en restant bien au chaud... Pourtant, la pluie ne doit pas être un frein aux activités extérieures. C’est même bénéfique pour la santé des petits et des grands... Il suffit d’avoir un peu d’imagination pour bien s’occuper ! Découvrons les bénéfices que cela apporte, quelles activités pratiquer et comment bien s’équiper.

Les bénéfices d’une balade sous la pluie pour la santé

Sortir sous la pluie, c’est bon pour la santé ! Les personnes qui souffrent d’allergies respiratoires et d’asthme s’y sentiront même très bien... En effet, la pluie est chargée d’ions négatifs qui sont incroyablement bénéfiques pour la santé. Ils favorisent le renouvellement de l’air, réduisent l’asthme et la fatigue chronique. Au printemps, si vous êtes allergiques aux pollens, la pluie est votre alliée, car elle plaque les pollens au sol. La balade pluvieuse est alors agréable... De quoi respirer à plein poumons !

Le conseil du renard noir : une activité physique régulière est primordiale pour la santé, mais aussi pour le moral. Il est conseillé de faire 10 000 pas chaque jour, sous le soleil comme sous la pluie. Alors s’il pleut, sortons fêter ça en nature !

Les activités des jours de pluie

Les journées pluvieuses offrent de belles possibilités de balades dans la nature. Si vous avez la chance de vivre au bord de la mer ou que celle-ci n’est pas loin, foncez-y vous ressourcer ! L’air iodé décuplera les bénéfices de la balade sous la pluie. Vous pouvez également vous rendre en forêt. Là-bas, les arbres vous protégeront et la nature vous montrera toute sa beauté, sous un nouveau jour.

S’il y a une ferme près de chez vous, pourquoi ne pas la découvrir  ? Il existe aujourd’hui de nombreuses exploitations qui ouvrent leurs portes au public, ainsi que des fermes pédagogiques où vous pourrez participer aux tâches à effectuer auprès des animaux, qui apprécient la pluie.

Au jardin, il est tout à fait possible de jardiner sous la pluie. Cela peut même devenir amusant… Effectuer quelques plantations, par exemple, qui profiteront de l’humidité ambiante. Aussi, le désherbage est facilité, et les herbes sont plus faciles à arracher.

Enfin, une simple sortie sous la pluie est toujours un moment de plaisir. Surtout qu’avec les enfants, une promenade peut très vite se transformer en chasse aux escargots pendant laquelle les enfants et les plus grands pourront sauter dans les flaques d’eau.

Bien s’équiper pour en profiter

Pour que les balades se passent au mieux, vous devez être bien équipés. Prévoyez l’indispensable manteau imperméable ! Se couvrir, c’est important, mais pas trop non plus, car vous allez bouger et vous dépenser… Et vous opterez pour des bottes de pluie, vous offrant l’opportunité de sauter les deux pieds dans l’hiver, et dans les flaques, sans être mouillé. Pour les petits comme les grands, privilégiez des bottes de pluie souples et légères, qui favorise le confort durant la marche. Happy, Ambre, Chester… Les modèles sont nombreux, en fonction de votre style et de l’utilisation.

Vous l’aurez compris, la pluie c’est vivifiant ! Les activités à faire en nature sont d’ailleurs aussi nombreuses que les bénéfices apportés par un temps pluvieux… 

Fabriquer des nichoirs : pourquoi et comment ?

Fabriquer des nichoirs est bien plus qu’une activité pour occuper les plus jeunes. En effet, avoir des nichoirs dans son jardin est essentiel pour observer les oiseaux et les protéger. Les petites maisonnettes sont simples à fabriquer et surtout peu coûteuses. Voici comment procéder.

Pourquoi fabriquer des nichoirs pour les oiseaux ?

Avoir des nichoirs à oiseaux est idéal pour attirer les différentes espèces dans son jardin. C’est aussi une façon de contempler les oiseaux et de prendre soin d’eux. Grâce aux nichoirs, en hiver, vous pouvez espérer voir des mésanges, des merles, des moineaux ou encore des sittelles… Et de protéger ces espèces !

Fabriquer des nichoirs est simple. C’est une activité que vous pouvez très facilement faire en famille. Les enfants prendront un réel plaisir à dessiner le nichoir rêvé puis à le personnaliser... Les plus grands pourront quant à eux s’attaquer à la fabrication.

Comment fabriquer des nichoirs ?

Pour fabriquer un nichoir, vous aurez besoin des éléments suivants : 

  • - une planche en bois,
  • - une scie,
  • - des clous,
  • - des charnières
  • - une règle
  • - et un crayon.

Le conseil du renard noir : Il est préconisé d’avoir une perceuse avec une scie cloche afin de faire plus facilement les trous servant d’accès aux oiseaux.

La première étape : Commencez par tracer au crayon et à la règle les formes qui deviendront ensuite les murs, le sol et le toit. Pour les dimensions, vous avez le choix. Selon les oiseaux que vous souhaitez avoir dans votre jardin, les dimensions varient. Vous trouverez de très nombreux schémas en ligne pour vous aider.

La deuxième étape : Puis, il faut passer au sciage de la planche en bois, assembler les différentes parties avec des clous. Pour le toit, le renard noir préconise des charnières pour nettoyer l’intérieur du nichoir plus facilement.

La troisième étape : Place à la décoration des nichoirs ! Une activité qui plaira aux enfants… Peinture et tissus sont les bienvenues pour personnaliser les petites maisons de bois, mais aussi colorer le jardin. 

Où installer les nichoirs à oiseaux ?

Pour mettre toutes les chances de votre côté, il est préférable d’installer les nichoirs à l’abri du vent et loin des espaces du jardin qui peuvent éventuellement être traités avec des produits chimiques. Le nichoir doit être fixé à au moins à 1.50m de hauteur pour éloigner les petits oiseaux des possibles prédateurs, tels que les chats. 

Une astuce du renard noir : si vous possédez un beau rosier bien piquant, n’hésitez pas à y installer un nichoir au-dessus, pour dissuader les chats d’y grimper !

Si vous installez plusieurs nichoirs, il est conseillé de les espacer les uns des autres... En effet, certaines espèces de volatiles ont plus de mal à cohabiter. Une distance de 15 à 20 mètres entre les installations est appropriée. Celles-ci doivent être solidement fixées !

Il est bon de nettoyer les nichoirs entre deux nidations…Cela facilitera alors l’installation de nouveaux oiseaux. Pour s’assurer de leur bien-être, n’hésitez pas à déposer quelques boules de graines à proximité des perchoirs…Elles seront à coup sûr, très appréciées !

Quel équipement pour profiter de la nature en hiver ?

L’hiver s’installe doucement et le froid aussi... Bataille de boules de neige, luge, randonnée en forêt ou petits allers retours du jardin à la maison…La saison offre de nombreuses activités à faire en famille. Le renard noir vous a donc concocté une sélection de produits chauds et adaptés à différentes utilisations !

Des bottes fourrées pour s’amuser en famille 

La neige s’invitera probablement chez vous d’ici quelques semaines, si ce n’est pas déjà le cas… Vous avez peut être prévu un week-end ou une semaine au sport d’hiver… Une chose est sûre, un équipement adéquat est de mise pour profiter de la nature comme il se doit ! Et si toute la famille s’équipait des mêmes demi-bottes ? 

Les Cheyenne sont ultra chaudes et entièrement imperméables. Leur matière PVC finition brossée imite parfaitement l’effet peau de pêche… La fourrure intérieure, pour un petit supplément de chaleur, est synthétique, épaisse et chaude. Douillettes et confortables, les Cheyenne conviennent aussi bien pour les petits que les grands. Elles sont disponibles du 36/37 au 42/43 en marron-beige, noir et anthracite. Vous pouvez aussi les trouver pour les minis-aventuriers, en bleu marine, violet et marron-beige, du 24-25 au 34/35.

Demi-bottes Cheyenne fourrées pour toute la famille

Profiter d’une balade revigorante avec de chaussures de marche fourrées 

Et si on sortait faire une balade, le nez au vent ? Prendre l’air et souffler le temps d’un moment privilégié avec la forêt… 

Les chaussures Ontario vous surprendront par leur extrême légèreté. Elles possèdent un textile déperlant, imperméable et antitâches. Leur fourrure intérieure très chaude est également un avantage.  Enfin, leurs semelles à crampons permettent de marcher sur tous types de terrains, boueux, rocheux ou encore neigeux… Elle sont disponibles du 37 au 42 en beige, et jusqu’en 47 en noir. 

Chaussures Ontario mixtes

Dans un autre style et tout aussi confortables… Les chaussures Bradley pour homme et Irena pour femme. Ce sont des chaussures de marche qui montent au dessus de la cheville, conçues selon une formulation innovante en caoutchouc synthétique, leur conférant alors une grande légèreté. Le haut de la chaussure est en textile traité Téflon, c’est à dire imperméable et anti tâche. Là aussi, ce modèle est composé de semelles à crampons tout terrain. Vous pouvez les trouver en magasin du 37 au 42 en marron avec fourrure synthétique beige, et jusqu’au 47 en kaki. 

Chaussures de marche Bradley et Irena

Pour les petits allers retours du jardin à la maison avec des sabots de jardin

Aller chercher le courrier, passer au jardin potager, jeter un coup d’oeil dans la serre, respirer l’air frais du matin… L’hiver offre des petits moments privilégiés au jardin. Alors, profitons-en pour faire ces petits allers retours du jardin à la maison, les pieds bien au chaud, dans une ambiance cocooning. 

Les sabots Chloé pour femme et Oslo pour homme sont légers et faciles à enfiler grâce à leur matière EVA ! Leur fourrure intérieure en polyester apporte ce petit supplément de chaleur et de confort pour de douillets instants au jardin…Le petit plus ? Leurs talons ouverts qui assurent un chaussage et déchaussage aisés. Les sabots Chloé sont disponibles en gris ou mauve, du 36 au 42. Quant aux Oslo, vous pouvez les retrouver en gris ou noir, du 36 au 42.

Sabots Chloé mauves et gris pour femmes
Sabots Oslo mixtes

Une fois bien équipés, profiter de la nature en hiver devient un plaisir pour les sens… C’est l’occasion de redécouvrir une nature au repos, qui offre un beau spectacle. Rendez-vous sur notre liste de revendeurs afin d’essayer en magasin un produit de notre collection.  

La clémentine, l'agrume de l'hiver

Zoom sur la clémentine, agrume de l’hiver

Elle est la star des étals du marché en hiver… Son goût acidulé nous pousse souvent à en déguster plusieurs... Elle est riche en vitamines… Ce n’est autre que la clémentine ! Partons à la découverte de cet agrume de l’hiver avec le renard noir : son histoire, ses bienfaits, ses différences avec la mandarine et une délicieuse recette. 

L’histoire de la clémentine

Pour découvrir l’histoire de la clémentine, remontons au début du 20ème siècle, en Algérie, dans la Région d’Oran… Le Père Clément, religieux-agronome, sema des graines de mandarinier et le fruit du hasard, fit qu’un arbre, complètement différent des autres, poussa.

Le Père Clément l’isola et récolta ses fruits. Similaires aux mandarines, ils semblaient alors plus colorés et plus goûteux. Issu du croisement naturel d’une fleur de mandarinier et du pollen d’Oranger, c’est alors que le premier clémentinier vit le jour !

Le saviez-vous ?  En 1902, c’est en l’honneur de son créateur que la société d’horticulture d’Alger baptisa, cet arbre le clémentinier et son fruit, la clémentine.

Ses qualités gustatives, sa quasi-absence de pépins et sa longue période de culture furent de la clémentine un fruit très apprécié des commerçants… Elle se popularisa et se retrouva alors en vente sur les marchés des côtes méditerranéennes, au Maroc, en Espagne ou encore en Italie.

En 1925, la Corse, qui possède un climat doux et chaud, se lança à son tour dans la culture de Clémentine. Il faudra ensuite attendre le début des années 70 pour la voir devenir la star des étals du marché.

Quels sont les bienfaits de la clémentine ?

C’est le fruit qui nous accompagne lors des périodes de froid… Riche en vitamines C, source d’oligo-éléments et minéraux, riche en calcium, magnésium et fer, peu calorique (environ 25kcl par clémentine), riche en carotène et provitamines 1, des propriétés anti-inflammatoires… Les bienfaits de la clémentine sont nombreux et ça se sent ! C’est une véritable source d’énergie, à tous moment de la journée. Quoi de mieux pour lutter contre la fatigue hivernale ?

Le saviez-vous ? Consommer deux clémentines par jour permet d’assurer 50% des besoins en vitamines C.

Quelles différences entre la clémentine et la mandarine ?

Comment savoir si le petit fruit orange que vous tenez dans votre main est une mandarine ou une clémentine ? 

Le renard noir vous partage quelques astuces pour les différencier : 

  • - La mandarine est plus grosse que la clémentine.
  • - La peau de la clémentine est d’un orange moins vif et elle est moins parfumée que la mandarine.
  • - Un nouvel indice se trouve à l’intérieur du fruit. En effet, lorsque vous épluchez une clémentine, sa peau adhère moins au fruit que celle de la mandarine. Elle est plus fine et plus facile à enlever. 
  • - Si vous faites appel à vos papilles, vous vous rendrez rapidement compte que la mandarine est plus sucrée que sa congénère. 
  • - On retrouve beaucoup plus de pépins dans la mandarine… À l’origine, la clémentine n’est pas censé en posséder. 

Une recette originale : les clémentines au chocolat et à la pistache

Clémentines au chocolat et aux pistaches
  • - 5 clémentines 
  • - 50g de pistaches émondées 
  • - 100g de chocolat noir

Compter 30 minutes de préparation et 5 minutes de cuisson. 

Première étape : peler les 5 clémentines et séparer les quartiers 

Deuxième étape : déposer les pistaches sur la planche en bois, les recouvrir d’un torchon et les concasser à l’aide d’un rouleau à pâtisserie

Troisième étape : faire fondre le chocolat noir

Quatrième étape : tremper la moitié des quartiers de clémentines dans le chocolat fondu et saupoudrer de pistaches concassées. Puis, laisser refroidir. 

Léger et facile à préparer, ce dessert peut tout à fait convenir au menu d'un repas de fête, accompagné de quelques autres mignardises...

On filerait bien déguster quelques clémentines, et vous ? De quoi profiter d’une dose de vitamines à l’approche de l’hiver...

Fabriquer sa décoration de noël inspirée de la nature

Décembre est enfin parmi nous et l’esprit de Noël nous envahit petit à petit ! C’est donc le moment propice pour débuter la décoration du sapin et de la maison… Et pourquoi ne pas aller puiser directement des idées dans la nature ? Pommes de pins, houx, sapin ou bois…Mettons le nez dehors le temps d’une balade en forêt pour fabriquer une décoration de Noël inspirée de dame nature. Découvrons les idées DIY du renard noir ! 

Confectionner une couronne de Noël avec des éléments de la nature

Et si on apprenait à décorer une porte d’entrée à moindre coût, avec des branches de houx et de sapin ? 

Il vous faut : 

  • - 3 branches de sapin gracieusement récupérées dans une jardinerie ou bien en forêt 
  • - 5 branches de houx cueilli en forêt 
  • - 2 mètres de fil de fer ( 2,4 mm de diamètre) ou bien 2 cintres métalliques
  • - 40 cm de fil de fer (0,9 mm de diamètre)
  • - 3 mètres de ruban doré
  • - Des sécateurs
  • - Une paire de ciseaux
  • - Une pince coupante
  • - De la ficelle
  • - Une règle

1ère étape : fabriquer la structure en métal

  • - Former, avec le fil de fer (de 2.4mm), un premier cercle de 25 cm de diamètre. Puis courber les deux extrémités en forme de boucle à l’aide de la pince pour servir d’attache.
  • - Former un second cercle de 33 cm de diamètre, et répéter la même opération qui consiste à recourber les extrémités. 
  • - Poser les deux cercles à plat, l’un dans l’autre et les lier avec 4 bouts de fil de fer de 10 cm de long (0,9mm) en conservant l'espace entre eux.

2ème étape : la décoration de la couronne

  • - A l’aide de sécateurs, coupez une trentaine de petites branches de sapin de même longueur et bien touffues.
  • - A l’aide d’un sécateur, couper une trentaine de petites branches de sapin bien épaisses et un peu près de la même longueur. 
  • - Puis, placer 2 ou 3 petites branches sur la couronne de manière harmonieuse et les attacher solidement à la base, avec un bout de ficelle. Et répéter l’opération avec 2 ou 3 autres branches, toujours dans le même sens, pour cacher les nœuds de ficelle. Faire cela jusqu’à recouvrir en totalité la couronne. 
  • - Piquer quelques branches de houx pour ajouter une touche de couleur à l’ensemble. 
  • - Nouer le ruban doré sur le haut de la couronne pour une touche de brillant. 

Il ne reste plus qu’à l’accrocher et le tour est joué !

Fabriquer des guirlandes parfumées à l’orange, l’anis et la cannelle  

Et si on s’adonnait à une activité manuelle et sensorielle à faire avec les enfants ? 

Il vous faut :  

  • - un four et une plaque avec du papier cuisson
  • - quelques oranges
  • - une quinzaine de bâtons de cannelle et d’anis étoilés 
  • - de la ficelle
  • - un pic à brochette ou aiguille à laine 

1ère étape : faire sécher les oranges 

Il y a plusieurs façons de faire sécher les rondelles d’orange. Une fois coupées, elles peuvent être séchées sur un radiateur, disposées sur un bout d’essuie-tout. Cela demandera quelques jours. Sinon, il est possible de les passer au four à environ 120°, durant 1h30. 

2ème étape : choisir la taille des guirlandes 

Couper plusieurs bout de fil en fonction de la taille souhaitée des guirlandes 

3ème étape : trouer et enfiler les oranges, l’anis et la cannelle 

  • - à l’aide d’un pic à brochette faire deux trous dans chaque rondelle d’orange et faire passer la ficelle de sorte à ce qu’elle se place de manière verticalement. 
  • - alterner les oranges avec les étoiles d’anis et les bâtons de cannelle. Il est possible de passer la ficelle à l’intérieur du bâton de cannelle ou bien encore fait un noeud au milieu. Les photos ci-contre représentent différentes manière de créer une guirlande. 

Ces guirlandes au doux parfum peuvent alors être disposées sur un sapin ou au bord des fenêtres par exemple… 

Créer un petit sapin en rondelles de bois

La création d’un sapin en rondelle de bois demande plus de temps que les deux précédents. En effet, il faut compter environ 3 heures pour finaliser le bricolage… 

Il vous faut :  

  • - un gabarit en bois en forme de sapin de 45cm (à acheter dans le commerce ou à faire soi-même pour les bricoleurs aguerris)
  • - Des rondelles de bois de différentes taille
  • - De la colle à bois
  • - 1 guirlande lumineuse à piles
  • - 1 tournevis (ou une perceuse)
  • - 1 attache murale

1ère étape : le collage des rondelles de bois 

  • - Disposer le gabarit du sapin à plat et coller harmonieusement les rondelles de bois
  • - Les plus petites rondelles de bois iront dans les petits trous restant.

2ème étape : trouer la forme en bois

  • - Retourner la forme en bois et percer à plusieurs endroits où passeront les différentes lampes leds de la guirlande lumineuses 

3ème étape : placer la guirlande 

  • - Insérer une led sur deux dans les trous effectués, afin de créer un effet lumineux lorsque le sapin sera accroché à un mur 
  • - lorsque la guirlande est correctement disposée, attacher les fils à l'aide d’une ruban adhésif et coller les piles avec de la colle à l’arrière du sapin

4ème étape : fixer une attache murale en haut du sapin et lui choisir la meilleure place pour décorer la maison 

Ces trois idées apporteront une touche de décoration naturelle dans votre intérieur… C’est aussi l’occasion de partager une activité bricolage en famille, en récupérant différents éléments de la nature. Par ailleurs, cette alternative vous évite de racheter sans cesse des décorations de Noël dans les magasins… Une belle initiative !

Zoom sur le camélia, l’arbuste aux remarquables fleurs

On le connaît pour ses magnifiques fleurs et sa grande rusticité… Le camélia est un arbuste que l’on peut voir fleurir dès le mois d’octobre… Et si on s’y intéressait de plus près ? L’occasion de découvrir sa riche histoire, d’apprendre à le cultiver au jardin et en prendre soin toute l’année. 

Mais qui est le Camélia ? 

Le camélia est un arbuste qui mesure entre 2 à 4 mètres, au feuillage persistant et à la floraison hivernale. Il tire directement ses origines d’Asie et plus précisément du Japon et de la Chine, où les fleurs de Camélia sont considérées comme précieuses et sacrées depuis des millénaires. Elles sont utilisées pour faire de l’huile ou encore du thé… 

C’est au 16ème siècle que la fleur de camélia apparue en Europe, et au Portugal plus exactement. On considère que c’est vers la fin du 18ème siècle que le camélia japonica se fera connaître en France, grâce au célèbre Botaniste anglais : Robert Fortune. Puis, Ferdinand Favre, homme politique français, introduit les premières graines de camélias à Nantes, en 1806. Son objectif était d’acclimater le camélia à l’Ouest de la France pour permettre sa culture en extérieur. L’histoire raconte qu’il réussit alors cet exploit après des centaines de semis successifs, durant 30 ans. Il possédait sur sa propriété, à Saint Sébastien Sur Loire, plus de 7000 pieds de camélia… Aujourd’hui, de nombreux asiatiques connaissent Nantes et son label “Jardin d’excellence mondiale” pour sa collection de camélias ! Ce sont plus de 1200 variétés de camélias présentes à Nantes, et répartis sur 5 sites différents… Et en 2016, le Jardin des Plantes reçu donc le label “Jardin d’excellence mondiale”. Un privilège quand on sait que seulement 45 parcs et jardins dans le monde le possèdent… 

Comment planter le camélia ? 

Il est bon de savoir que les camélias apprécient particulièrement les sols acides. Pas de panique si votre terre n’est pas acide ! Il est tout à fait possible de créer un substrat adapté… 

Le camélia se plante à l’abri du vent et hors des périodes de fortes chaleurs ou bien de gelées, donc entre octobre et avril, mais on privilégiera plus particulièrement une plantation automnale, permettant un meilleur enracinement de la plante. 

Le camélia à la floraison automnale, dit camélia Sasanqua, sont à planter au printemps à un emplacement moyennement ensoleillé. Les fleurs apparaîtront alors de septembre à décembre. Le camélia Japonica fleurira quant à lui de février à mai, et doit donc être planté en automne, au mois d’octobre de préférence. On lui privilégiera une exposition ombragée voir moyennement ombragée. 

Le matériel nécessaire :

Etape 1 : Préparer le terrain et un mélange adapté au camélia. 

  • - Creuser un trou du double du volume de la motte du camélia. 
  • - Plonger la motte dans un seau d’eau et attendre qu’il n’y ai plus de bulles qui remontent. 
  • - Préparer un mélange homogène de ⅔  de terre de bruyère et ⅓ de terre issue du trou effectué dans le jardin. 

Etape 3 :  Placer le camélia dans le trou prévu à cet effet 

  • - Placer la motte du camélia dans le trou et combler le tout avec le mélange de terreau fait au préalable. 
  • - Il est conseillé d’appuyer autour de la tige du camélia assez régulièrement pour éviter la création de poches d’air. 

Etape 4 : L’aménagement d’une cuvette 

  • - Avec le surplus de terre, créer une cuvette sur le camélia et arroser généreusement. L’objectif de cette cuvette est de retenir l’eau en attendant que le sol se tasse. 

Etape 5 : L’arrosage 

Si la camélia est planté en été, il est important de garder son sol humide afin qu’il se développe correctement. 

Quels gestes pour entretenir le camélia ?

Comme expliqué précédemment, le camélia est une plante qui aime l’humidité… Si vous ne vivez pas dans une région où il pleut régulièrement, il est conseillé de l’arroser régulièrement, surtout en été. Vous pouvez par exemple opter pour un arrosage goutte à goutte pour répondre aux besoins de la plante... De plus, le paillage limitera aussi l’évaporation… 

Si votre camélia se trouve en pot, il aura besoin d’une protection cet hiver... Car il a les racines frileuses ! Pour cela, on privilégie d’entourer le pot d’une bâche à bulles. 

A l’inverse, si votre camélia est en terre, les deux premières années nous préconisons de recouvrir ses racines d’une paillis d'écorces de pins. Enfin, malgré sa grande rusticité, le camélia ne supporte pas la neige sur ses feuilles… Ayez donc le réflexe de secouer ses feuilles ou tout simplement de le recouvrir d’un voil d’hivernage. Et le tour est joué ! 

Vous êtes désormais fin prêt à accueillir un camélia au jardin en pot ou en terre… Il peut encore être temps de le planter, si les premières gelées n’ont toujours pas pointé le bout de leur nez, dans votre région… Sinon, le retour du printemps sera l'occasion de faire une place à un camélia au jardin.

Comment protéger vos plantes du gel ?

Certaines plantes du jardin ne sont pas adaptées à l’intensité de l’hiver et ont besoin d’être protégées du vent, de l’humidité et du gel… L’objectif est d’isoler ces belles plantes de l’air frais, tout en leur assurant une bonne aération. Découvrons ensemble quelles sont les plantes concernées par la protection du gel, quel est le matériel nécessaire et quelles sont les différentes étapes à suivre. 

Quelles sont les plantes concernées par la protection du gel en hiver ? 

Les plantes qui ne supportent pas le froid ni le gel sont dites “non-rustiques”. L’action qui consiste à les protéger de la rigueur de l’hiver se nomme “l’hivernage des plantes”. 

Voici les différentes plantes à hiverner : 

  • - les plantes dites méditerranéennes, tels que le laurier rose, le pélargonium, le palmier, le bananier, ou encore le bougainvillier… Elles sont à protéger dès les premières gelées. 
  • - Les plantes aux fleurs tropicales, comme l’hibiscus ou encore les orchidées sont à rentrer en intérieur et à placer dans une température ambiante supérieure à 10 degrés. 
  • - Les cactus sont aussi à rentrer dans une pièce fraîche et lumineuse 
  • - Les arbustes dit “gélifs”, tels que les rosiers tiges 
  • - Les plantes en pot (idéalement à surélever et à placer, contre un mur, au sud) 

Quel est le matériel nécessaire pour protéger les plantes, arbustes ou arbres fruitiers du gel ? 

Il vous faut : 

  • - de la paille, du paillis, de la paillette de lin, ou bien des feuilles mortes tout droit sorties du jardin...
  • - du voile d’hivernage 
  • - de la ficelle 
  • - du plastique à bulle ou bien de la toile de jute 
  • - un sécateur
  • - une paire de gants adaptée (lien vers des gants adaptés à ce genre de travaux) 

Les différentes étapes pour protéger les racines et les branches des plantes frileuses 

  • - 1ère étape : appliquer au moins 5 cm d'épaisseur de paille, de feuilles mortes ou encore de la paillette de lin au pied de la plante en question. Cela permet alors de protéger le système racinaire. 
  • - 2ème étape : utiliser le plastique à bulle ou bien la toile de jute pour protéger le tronc. Pour une protection optimale, il est conseillé de découper une double épaisseur de matière à enrouler autour du tronc et maintenir avec de la ficelle. 
  • - 3ème étape : couvrir les parties aériennes de l’arbre, les branches, avec une double épaisseur de voile d’hivernage. On se place en bas des branches, c’est-à-dire en haut du tronc, et entoure les branches en tournant, comme un bonbon. Après avoir entouré de deux épaisseurs, couper avec un sécateur. 
  • - 4ème étape : la dernière opération consiste à fermer le voile d’hivernage, en plaçant une ficelle en haut et une ficelle en bas. 

Le saviez-vous ? Une couche de voile d’hivernage augmente de 2 à 3 degrés la température autour des plantes. 

Dès le retour des beaux jours (température de 10° environ), n’hésitez pas à défaire le haut du voile d’hivernage pour laisser l’arbre ou la plante profiter d’un air plus doux et ainsi s’aérer…