Actualité

Article

Comment bouturer les succulentes ?

Comment bouturer les succulentes ?

Share Button

Le bouturage des succulentes, comprenant cactus et plantes grasses, a pour vertu de multiplier vos plantes, ou bien de sauver une pousse mal en point… Il se fait en règle générale entre la fin du mois de mai et le début du mois de juin, car ces plantes sont de grandes amatrices de chaleur ! Découvrons ensemble pourquoi bouturer  vos succulentes préférées et comment le faire.

Les succulents, qu’est-ce que c’est ?

Les plantes grasses et les cactus sont deux sortes de plantes succulentes. Leur point commun ? Elles ont pour capacité de stocker l’eau dans leurs tissus pour affronter des périodes de forte chaleur et  de sécheresse. Ce sont des plantes xérophytes, ce qui signifie qu’elles aiment particulièrement les milieux secs.

Les cactus possèdent une particularité permettant de les distinguer des autres plantes succulentes. En effet, ils possèdent des aréoles sur lesquelles nous pouvons observer des épines, des aiguillons, des tiges, des poils laineux ou encore des fleurs.

Leur tissu rempli de suc, d’où le nom de succulente, permet à un seul élément de la plante de ne pas se dessécher immédiatement et d’activer, pour survivre, un processus d’enracinement. Impressionnant, non ?

Pourquoi les bouturer ?

Les plantes grasses sont donc prédisposées, par nature, à subir un bouturage sans en pâtir… Bouturer votre plante reviendra alors à créer son double, génétiquement parlant, puisque la plante-mère permettra la création d’une plante-fille. Ce procédé de multiplication est considéré comme végétatif, car il ne fait pas intervenir les sexes, qui sont les fleurs.

Le premier avantage du bouturage réside dans la transmission des caractères de la plante-mère. Vous ne vous lassez pas de votre plante préférée, et bien pourquoi ne pas en créer une deuxième ?

Le second avantage est le fait que la plante bouturée aura une croissance plus rapide que si elle avait été obtenue par semis.

Le troisième avantage du bouturage, et pas des moindre, est le fait qu’il permette de sauver certaines plantes malades, même si elles sont atteintes de pourriture jusqu’au collet par exemple.

Comment bouturer efficacement mes plantes grasses ?

Avant toute chose, munissez-vous des ustensiles suivants pour donner une seconde vie à vos plantes grasses :

  • - greffoir, scalpel ou couteau sans dents aiguisées
  • - pinces à cactées ou papier journal,
  • - poudre de charbon de bois,
  • - terreau ou tourbe,
  • - sable,
  • - un pot,
  • - un arrosoir…

Avant de débuter le bouturage, assurez-vous que le substrat convient au bon développement de la plante. Les cactus et plantes grasses craignent l’humidité stagnante, le substrat devra donc être particulièrement drainant et composé en grande partie de sable. Privilégiez un mélange de ¾ de sable et ¼ de terreau de feuilles et quelques cuillères de charbon de bois.

Maintenant, passons au bouturage ! Il existe deux grandes méthodes de bouturage selon la plante que vous souhaitez multipliez.

1)   Le bouturage de feuilles, qui vous demande beaucoup de patience mais très facile à réaliser. Il se pratique sur les plantes de type echeverias, les sédums, les graptopetalums ou bien les cotylédons par exemple.

  • - Récupérez une feuille tombée de la plante en question, ou bien détachez-la délicatement.
  • - Laissez-la sécher quelques jours en protégeant sa partie nue de charbon de bois
  • - Plantez la base de la feuille dans le substrat de sable et de terreau de feuilles, sans trop l’enfoncer.

Après un certain temps, vous verrez apparaître de nouvelles feuilles à la base de la bouture… Et les premières racines se développeront au fur et à mesure.

Feuilles de succulentes en développement après bouturage.

2)   Le bouturage de tige, qui consiste à extraire une tige ou un bout de tige de la plante grasse en question. Cette méthode demande des gestes précis, une coupe nette et un séchage de la bouture jusqu’à la formation d‘un cal avant de la planter. Un cal est un tissu végétal qui recouvre la blessure de la plante, dans un processus de cicatrisation.

L’avantage de cette méthode se trouve dans le format de développement de la plante, qui est plus avancée que celui d’une feuille.

Vous pouvez pratiquer cela sur les crassulas, le sedum, les kalanchoes ou bien les aeniums par exemple. Cependant, il faut avoir conscience que cette méthode ampute la plante-mère…

  • - Commencez par désinfecter la lame avec laquelle vous couperez une tige de votre plante
  • - Choisissez une tige en bonne santé, suffisamment grosse pour se développer dans le substrat
  • - Coupez nettement, sans écraser les tissus
  • - Laissez sécher la plaie, qui cicatrisera doucement, avant de la mettre au contact de la terre. N’hésitez pas à badigeonner la plaie de poudre de charbon de bois afin d’éviter l’apparition de quelconques maladies
  • - Lorsque les racines se forment au niveau du cal, vous pouvez rempoter la tige dans le substrat et arroser.
Bouts de tiges en cours de bouturage.

Sachez que certains cactus ou plantes grasses ne peuvent pas se multiplier par bouturage… Les plantes-cailloux, les cactus globulaires sans rejet et les Euphorbia obera font partie de cette catégorie. En conséquence vous devez les multipliez par semis.

À vos gants , prêts, bouturez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de résoudre l'opération pour poster un commentaire *

Catégories

Inscription à la newsletter



facebook_ah2015
facebook_ah2015
facebook_ah2015